Coronavirus : L'agueusie et l'anosmie, ces nouveaux symptômes découverts chez des porteurs au Sénégal

Une étude chinoise publiée dans le National Science Review a soutenu la thèse de la mutation du coronavirus qui aurait deux souches : L et S. Plus virulente que la première qui est la souche S, la souche L serait plus virulente et toucherait 70% des cas déclarés. Autrement dit, elle serait responsable de la rapide propagation du nouveau coronavirus dans le monde.

Virus ARN, le coronavirus opère des mutations d'un corps un autre, d'une région une autre. « Vous savez, il y a des virus ARN et des virus ADN. ADN et ARN sont le matériel génétique des virus. Les virus ARN font des mutations.

L'exemple que je peux vous donner, c'est le virus de la grippe, c'est la raison pour laquelle, il y a une révision pour voir quel type de vaccin on va produire contre la grippe. Et ce virus qui est responsable de la maladie actuelle, le coronavirus, c'est un virus ARN. Qui dit virus ARN dit virus qui fait des mutations. Donc, ces mutations peuvent être l'origine d'une souche qui va avoir une virulence beaucoup plus élevée ou d'une souche pour laquelle, il n'y aura pas de signe clinique. ‡a dépend de ces mutations-l », nous confiait le Dr Coumba Touré Kane.

Cet avis d'expert nous édifie sur les aptitudes de ce nouveau virus qui pour passer inaperçu, peut se manifester par des signes jusque-l inconnus. Pour ainsi dire, alors qu'elle partait d'une forte fièvre, d'un mal de tête ou encore d'un essoufflement, le coronavirus a pris une nouvelle forme au Sénégal depuis quelques jours.

Au moins 02 porteurs sur les 142- compte non tenu des 27 guéris-, que compte officiellement le Sénégal, ont présenté des signes allant de l'agueusie (perte du goût) l'anosmie (perte de l'odorat). Ces signes ont aussi été décelés dans des pays du nord où le virus a transité avant de descendre en Afrique. Si l'on sait que la majorité des cas enregistrés au Sénégal sont « importés », la relation est vite faite.

La bonne nouvelle, c'est que ces symptômes qu'on peut retrouver chez des sujets jeunes (25 45 ans) présentent des formes peu sévères de la maladie. Mais il n'en demeure pas moins que cette nouvelle donne est intégrer dans la détection de cette maladie qui devient de plus en plus espiègle...

Nous vous recommandons