Présumé avortement : Cheikh Yerim Seck et son téléphone piraté

Après son audition lundi, pour une affaire présumée d'avortement, Cheikh Yérim Seck sera devant les gendarmes de la Section de recherches de Dakar. En attendant zoom sur une partie de sa déclaration.

Le patron du site d'informations, "Yerimpost", sous contrôle judiciaire, pour "diffusion de fausses nouvelles", dans l'affaire Batiplus, est en plein, cette fois ci, dans un dossier de mœurs. Au sujet duquel, le journaliste a été longuement cuisiné ce lundi.

Conversation par message et…

Selon L'Obs, Cheikh Yérim Seck aurait confié que cette affaire serait partie du piratage de son téléphone dans lequel était enregistré une conversation par message avec une femme, N. Thiam, présumée engrossée par Cheikh Yerim Seck.

…Contenu des messages…

Les messages auraient révélé que N. Thiam aurait demandé au patron du site d'informations, "Yerimpost", la somme de 200 mille F Cfa…Pour se faire avorter. Et de l'argent avait été remis par le journaliste qui, avance-t-il, ignorait ce pressant besoin de liquidité de son interlocutrice.

…Et changement de cap

S'y ajoute, poursuit Cheikh Yerim Seck, cette dame de 29 ans, intimidée, a changé de version en citant son nom comme étant l'auteur supposé de la grossesse qu'elle aurait portée.

Nous vous recommandons