REPORTAGE - "MARCHE TUBAAB" DU POINT E, DE LA NOTORIETE À LA DECADENCE

Sous l'ombre d'un arbre, Ndèye Khady Faye s'installe, soigneusement devant son étale. De forte corpulence, vêtue d'un grand boubou « wax » assorti d'un foulard qui met en valeur son teint noir, elle range, minutieusement, les colliers qu'elle fabrique la main. Effilée, elle veille au moindre détail pour que le décor soit impeccable afin d'appâter les clients. Yaye Khady, comme on l'appelle affectueusement, est la doyenne du « Marché Toubab ». Un site niché au cœur de Point E, sur la rue Kaolack, quelques encablures de l'ancienne boite de nuit « Le Ngalam ».

Nous vous recommandons