Youssou Ndour: « Des critiques comme celles de Diouf ont motivé Aliou Cissé »

Youssou Ndour: « Des critiques comme celles de Diouf ont motivé Aliou Cissé »

Buzzsenegal Le 2019-07-19  Source

Le chanteur, Youssou Ndour s'est confié à nos confrères français de l'hebdomadaire « LePoint » sur la finale de la Coupe d'Afrique des Nations opposant les « Lions » du Sénégal aux « Fennecs » d'Algérie. Voici in extenso l'entretien ! Le Point : Le Sénégal joue vendredi sa deuxième finale de CAN, ce sera contre l'Algérie.

Que pensez-vous de cette sélection ?

Youssou Ndour : Je m'intéresse au football depuis longtemps et en plus suis un supporteur de l'équipe du Sénégal. Depuis notre première participation à la Coupe du monde en 2002 en Corée et au Japon, où nous étions arrivés en quart de finale, le foot sénégalais a évolué. Le pays a depuis cherché à trouver une formidable génération de joueurs. Ces Lions du Téranga peuvent marquer l'histoire du foot. Cette génération a beaucoup de talent. Nos footballeurs jouent dans les plus grands clubs européens. Ils sont allés à la Coupe du monde l'année dernière et ont déjà un très beau palmarès. Ces Lions-là ont tous les atouts pour gagner cette CAN.

Nous sommes la première équipe d'Afrique au classement Fifa (22e). Et nous voilà en finale de la CAN, comme en 2002 ! J'espère bien sûr que nous allons la gagner, ce serait notre première Coupe d'Afrique. Quels joueurs vous impressionnent ? Je les apprécie tous, car chacun d'entre eux est très fort à son poste. Ils ont de grandes qualités individuelles. Ainsi de Sadio Mané, Kalidou Koulibaly… Ce sont des joueurs qui ont marqué leurs clubs et leurs championnats. Quand vous allez à Naples, on vous parle de Koulibaly qui est leur meilleur défenseur, quand vous allez à Liverpool on vous parle du meilleur attaquant Sadio Mané, à Everton on vous parle du milieu Idrissa Gueye, etc.

Et puis il y a l'entraîneur Aliou Cissé. Il fut le capitaine de l'équipe qui a été jusqu'en quart de finale de la Coupe du monde en 2002. Il s'est battu pour être entraîneur, en passant son diplôme et superviser l'équipe olympique de 2012 à 2015. Il a sa vision et sa façon de travailler.

Et puis les critiques, de la presse, du peuple ou de El-Hadji Diouf [qui ne croyait pas aux chances de l'équipe de Cissé et a affirmé : « Tant que cette équipe aura à sa tête un sélectionneur comme Aliou Cissé, elle n'ira nulle part », NDLR] le motivent et lui mettent une pression positive. Il y a Sadio Mané qui m'impressionne beaucoup. Son parcours est exemplaire. Enfant, il avait tellement envie de jouer qu'il a déménagé pour intégrer une école de formation très importante au Sénégal, Génération Foot [qui a un partenariat avec le FC Metz en France, NDLR]. Comme je suis président d'honneur de Génération Foot, j'ai pu voir comment ce garçon a progressé jusqu'à devenir le co-meilleur buteur du championnat anglais avec 22 buts à Liverpool lors de la saison 2018-2019 et gagner cette année la Ligue des champions. En huitièmes de finale du tournoi européen contre le Bayern de Munich, il a même marqué deux buts contre le meilleur gardien du monde, Manuel Neuer, de l'équipe d'Allemagne.

Sadio Mané est un garçon qui a fait beaucoup d'efforts avec ses parents pour en arriver là.

Comment les Sénégalais vivent ce très beau parcours de leur équipe ?

Les Lions de la Téranga sont très populaires au Sénégal. Ils inspirent les jeunes qui veulent devenir footballeurs. Cette équipe du Sénégal me fait rêver. Elle me fait rêver notamment pour sa sérénité lors des matches. Pour le match contre la Tunisie, j'étais avec la famille et on a crié comme des fous. C'était la folie dans les rues de Dakar et partout au Sénégal.

Après toutes ces déceptions d'avoir loupé certaines qualifications, tout le pays était vraiment heureux. Le football met une ambiance extraordinaire. Vendredi pour la finale, ce sera l'explosion de joie si on gagne la Coupe d'Afrique, car ce serait notre première ! Cela va être la folie à Dakar et au Sénégal. Ils ont une bonne équipe. Le Sénégal et l'Algérie sont deux pays amis. Et la vérité se passe sur le terrain.

Y a-t-il des débordements au Sénégal lors des matches ?

Ici, les après-matches se passent très bien, car nous sommes un pays qui valorise beaucoup le fair-play. Vendredi, nous n'allons insulter personne ni casser quoi que ce soit, car les Sénégalais sont fair-play. C'est une évidence, mais la Coupe d'Afrique se passe en Afrique donc manifestons notre joie en Afrique ! Ceux qui prennent la Coupe d'Afrique comme la Coupe de France se trompent !

Quel est votre pronostic pour le match ?

Le Sénégal va jouer pour gagner le match… Mais il va falloir se découvrir. Ce ne sera pas du tout pareil que le match de poule quand l'Algérie en juin a gagné 1-0 contre le Sénégal. Je serai en Egypte avec la délégation officielle pour aller chercher l'équipe, les encourager et les ramener à la maison. J'espère que cela sera avec la Coupe. Mais dans le sport, vous savez, on n'est jamais sûr de rien…

Comment dit-on « Allez les Lions » en wolof ?

On dit « en avant » ! « Tcha kanam » !

Nous vous recommandons