Abidjan, Bamako et Dakar misent sur l'agriculture pour une nouvelle dynamique d'intégration

Abidjan, Bamako et Dakar misent sur l'agriculture pour une nouvelle dynamique d'intégration

Aps Le 2020-02-25  Source


De l'envoyé spécial de l'APS: Mohamed Tidiane Ndiaye

Paris, 25 fév (APS) - Les ministres malien sénégalais et ivoirien en charge de l'Agriculture ont insisté, mardi, Paris, sur la pertinence de politiques agricoles similaires adaptées aux réalités agro-écologiques de leurs trois pays, en vue d'accélérer l'intégration économique ouest-africaine.

"Nous avons les mêmes réalités socio-économiques. Tout ce qui intéresse le Sénégal en termes d'enjeux agricoles doit aussi intéresser le Mali ou la Côte d'Ivoire. L'intégration économique doit passer d'abord par une intégration agricole. Il nous faut une mutualisation de nos forces et potentialités dans le domaine agricole", a plaidé Moulaye Ahmed Boubacar, ministre malien de l'Agriculture.

Il intervenait au cours d'une visite de son homologue sénégalais Moussa Baldé au stand du Mali, dans le cadre de la 57e édition du Salon international de l'agriculture (SIA, 22 février-1er mars), qui se déroule Paris , au Parc des expositions de Versailles.
"Chaque Sénégalais ou chaque Malien est agriculteur. C'est devenu une culture chez nous tous avec les exploitations familiales. Nous devons faire face la vulnérabilité de nos populations", a dit M.Boubacar.
Le ministre malien de l'Agriculture dit avoir "appris au Sénégal de belles expériences en termes d'irrigation, de retenue d'eau et d'innovations technologiques".
"Nous devons disposer d'un projet sur l'adaptation climatique. Nous en avons un avec la Mauritanie. Nous allons l'étendre au Mali. L'un des meilleurs leviers pour l'intégration sous régionale c'est l'agriculture'', a renchéri son homologue sénégalais.
Moussa Baldé a ajouté: "Nous avons le même climat, les mêmes atouts et les mêmes défis. Nous devons pouvoir travailler sur l'adaptation économique. Ce serait très dommage qu'un pays s'adapte et que l'autre ne le fasse pas".
M.Baldé a dans cette perspective préconisé la tenue de rencontres périodiques au niveau de la sous-région ouest africaine pour "enclencher une vraie dynamique" de l'intégration agricole sous-régionale.
"Ce serait dommage d'attendre le prochain SIA de Paris pour nous retrouver ici. Il faut être pragmatique en définissant tout de suite un paquet d'activités", a insisté Moussa Baldé.
De cette manière, la Côte d'Ivoire veut arriver partager son expérience en matière agricole, selon Kobenan Kouassi Adjoumani, ministre ivoirien de l'Agriculture et du Développement rural.
Il a invité ses homologues africains s'inspirer de ce qui se fait dans son pays.
"Nous produisons 2 millions de tonnes de cacao par année. Avec la politique mise en place, plus de 600.000 tonnes sont transformées en poudre de cacao que nous sommes en train d'exporter un peu partout. Il y a aussi des industries chocolatières ivoiriennes installées un peu partout dans notre pays'', a-t-il indiqué.
''Avec la noix d'acajou et la noix de cola'', secteurs dans lesquels "nous sommes premiers au monde, nous faisons des liqueurs et toutes sortes de produits transformés. Avec des politiques de ce genre, nous pouvons arriver l'intégration économique", a-t-il assuré.
Le Salon international de l'agriculture de Paris, ouvert le 22 février, se veut "la plus grande ferme de France".
L'édition 2020, prévue pour se dérouler jusqu'au 1er mars prochain, est axée sur quatre thèmes majeurs que sont l'élevage et ses filières, les produits des régions de France, d'Outre-mer et du monde, les cultures et filières végétales, jardin et potager, ainsi que les services et métiers de l'agriculture.
"L'agriculture vous tend les bras", est le thème général du SIA 2020. Cette manifestation réunit chaque année des éleveurs, producteurs, représentants d'organisations du secteur et de syndicats professionnels, de ministères et organismes publics ou encore d'instituts de recherche.
Ces différentes composantes viennent toutes présenter des facettes du secteur agricole et agroalimentaire, ses évolutions et perspectives, selon les organisateurs.

Nous vous recommandons

Culture

Ousmane Sow Huchard, un culturel total, écologiste et homme de terroir

Aps

Culture

Culture

Enqueteplus