CELEBRATION DE SES 40 ANS DE CREATION : Kalidou Kassé change de démarche artistique

Par , publié le .

Culture

Surnommé « Le Pinceau du Sahel'', Kalidou Kassé occupe une place centrale dans l'histoire de l'art au Sénégal. Il est célébré pour ses 40 ans de création. A l'occasion de cette fête, le peintre adopte une nouvelle démarche.

Kalidou Kassé a réussi son pariqui est de fêter ses 40 ans de carrière « comme un jeune artiste qui a 20 ans''. Il a effectivement montré qu'il est capable de se régénérer. Au musée des Civilisations noires où se déroule, pendant un mois, une série de manifestations, dans le cadre de cet anniversaire, ''Le Pinceau du Sahel'' expose des œuvres qui témoignent d'un changement radical d'approche plastique. À travers une exhibition intitulée « Giss giss bu bes'' (une nouvelle vision, en wolof), au-delà des personnages filiformes, du tissage, des couleurs éclatantes, etc., qui font sa marque de fabrique, le peintre de renom entraîne son public dans un univers galactique (couleur bleue) avec une série de radioscopie, de radiographie. Ce qui relève de l'expérimentale et qui est propre à la médecine.

Ainsi, ce grand plasticien, qui n'aime pas se répéter, s'inscrit dans une nouvelle démarchepour changer de paradigme. « C'est une nouvelle œuvre de Kalidou Kassé qui est totalement différente de ce que nous savions de lui. Tantôt, elle est abstraite, tantôt, on sent les êtres filiformes disparaître avec des couleurs qui sortent de la gamme de ce que Kalidou Kassé avait l'habitude de nous faire voir. Donc, « Giss giss bu bes', c'est une vision sociale, une vision plastique'', a indiqué le directeur artistique de l'évènement, El Hadj Malick Ndiaye, vendredi dernier, lors du vernissage de cette exposition.

En effet, derrière ce changement de démarche esthétique et d'orientation plastique de M. Kassé, il y a un diagnostic d'une société en crise avec la pandémie et l'émigration irrégulière. Lequel diagnostic devrait permettre de soigner les maux. ''Nous faisons face à tellement de fléaux que le monde va à la dérive. Avec ses atrocités humaines, on se demande si les êtres sont normaux. Il est important de radiographier les têtes, de les scanner pour savoir ce qui se passe, parce que nous sommes malades. On sait qu'il y a quelque chose qui nous fait mal, mais on ne sait pas de quoi il s'agit'', a expliqué l'artiste.

En outre, il aborde, entre autres, des sujets liés à l'environnement. « Par exemple, dit-il, à Dakar, chacun construit comme il veut. Il faut redéfinir les espaces. Qu'il ait un espace de respiration où il n'y a que des arbres. Cet écosystème qui déteint sur notre environnement et sur notre santé.

« Giss giss bu bes'' est ainsi « une invitation pour que nous construisions, ensemble, un nouveau futur sur la base de nouveau model''. En effet, l'objectif principal de cet évènement, c'est le partage d'un bilan à mi-parcours, pour affronter le futur. Comme aime le rappeler le directeur artistique M. Ndiaye, « dans l'histoire de chaque artiste, il existe un temps où faire le point devient vital pour la poursuite de l'itinéraire, surtout en tant de crise''.

Ainsi, une trentaine de toiles dont deux tapisseries sont présentées aux amoureux de l'art dans cet espace symbolique du musée des Civilisations noires.

En parlant de la carrière de Kalidou Kassé et de son engagement, le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, dit qu'il ne peut distinguer le citoyen de l'artiste qui impressionne par sa capacité à s'intéresser aux sujets les plus sensibles comme celui des enfants. « Votre action place l'art au centre de la vie et porte les couleurs du Sénégal aux quatre coins du monde. Vous faites partie de ces artistes qui se soucient de leur société, de leur communauté'', a indiqué M. Diop.

Pour sa part, le directeur général de la Banque de l'habitat du Sénégal (BHS), Mamadou Bocar Sy, a estimé que Kalidou Kassé, l'un des précurseurs de l'art contemporain du Sénégal, est un « condensé de plusieurs facettes''. Pour lui, Kassé est un « homme de culture, un humaniste, un entrepreneur et un pédagogue. Il a participé activement au renforcement du patrimoine culturel du Sénégal et de l'Afrique, et continue à positiver notre image dans le monde''. La BHS était surtout présente à la célébration des 40 ans de création de Kalidou Kassé, parce qu'elle, également, fête ses 40 ans de financement et de logement.Et M. Kassé est membre du Conseil de fondation de cette banque qui a reçu en octobre 2019 son décret de reconnaissance d'utilité publique.

BABACAR SY SEYE

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut