THEà‚TRE NATIONAL DANIEL SORANO : Abdoulaye Koundoul pose ses premiers jalons

Par , publié le .

Culture

 

Le nouveau directeur général du Théâtre national Daniel Sorano, Abdoulaye Koundoul, n’a pas mis du temps pour mettre en Å“uvre sa politique. En attendant que les activités reprennent, il compte donner à  cet édifice son lustre d’antan. Dans ce sens, des opérations de nettoiement et de réfection sont en train d’être effectuées.

 

Le Théâtre national Daniel Sorano commence à  changer de visage. En effet, cet espace, réputé vétuste, est en train d’être restauré par le nouveau directeur général Abdoulaye Koundoul. Ainsi, depuis son installation, il a initié une grande opération de maintenance et/ou de rénovation du matériel, mais aussi de nettoiement des lieux. Samedi dernier, des sapeurs-pompiers, avec qui M. Koundoul a noué un partenariat, étaient à  pied d’Å“uvre. Munis de leur engin d’incendie de 6 000 litres, ils ont nettoyé la poussière qui s’accumulait visiblement dans tous les coins et même sur la façade des murs de Daniel Sorano.

Selon Abdoulaye Koundoul, pour faire revivre la compagnie théâtrale, il faut d’abord que le bâtiment retrouve son éclat. »˜’On s’est retrouvé dans l’esprit de la relance du théâtre. à‡a commence par la visibilité, la perception que les gens ont du théâtre. Quand on passe par le boulevard de la République, en regardant le totem délabré, des choses qui s’inclinent, on a l’impression que ce théâtre n’existe plus. Donc, c’est dans le but de donner une nouvelle âme à  ce lieu qu’on a entrepris ces choses », a déclaré l’ex-directeur des Arts.

»˜’Il estime que c’est aussi une question de sécurité sanitaire. Un matériel, il s’entretient. Une maison s’entretient, à  plus forte raison un théâtre o๠on abrite des spectacles. Il n’est pas question que les gens viennent dans un établissement recevant du public (ERP) et que le dispositif sécuritaire ne soit pas mis en place. C’est pour cette raison que nous avons noué un partenariat avec les sapeurs-pompiers qui, non seulement nous aident à  nettoyer ce bâtiment-là , mais nous conseille aussi concernant le dispositif sécuritaire à  mettre en place dans ce théâtre-là  », a expliqué M. Koundoul. Selon qui, il faut renouer avec les bonnes habitudes. »˜’Nous voulons aller vers une nouvelle perception du théâtre. En attendant que les activités reprennent et qu’on puisse, dans le cadre des productions qui sont lancées, présenter de nouveaux spectacles pour donner à  ce théâtre son lustre d’antan », a-t-il conclu.

Ainsi, avec une salle de spectacle relookée, des bureaux et du matériel bien entretenus, c’est un personnel qui a retrouvé le goà»t du travail que l’on découvre au théâtre Daniel Sorano.

En effet, il semble qu’il est maintenant dans des conditions plus adéquates par rapport à  l’environnement : l’hygiène. Car, confie-t-on, Il y a des années qu’une opération de maintenance ne s’est pas effectuée dans ce lieu symbolique.   »Je suis là  depuis 2007. Donc, j’ai fait 13 ans ici. Je n’ai jamais vu ces genres d’opérations », a témoigné le régisseur de la salle de spectacle, Sidy Ndiaye. »˜’C’est une très bonne idée. Cela va permettre de promouvoir l’image du théâtre », a-t-il estimé. 

BABACAR SY SEYE

 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut