2 MARS 2020-2 MARS 2021 : Une année de vie avec la Covid-19 au Sénégal

Par , publié le .

Economie

 

Cela fait aujourd’hui un an que la Covid-19 est présente au Sénégal. Le premier cas est importé par un Français qui rentrait de vacances. Même si ce dernier n’a pas contaminé ses proches, un autre Sénégalais, de retour à  Touba, a fait propager le virus. Et pour faire face à  l’expansion de la pandémie, le gouvernement a pris des mesures.

 

Le 2 mars 2021 ! Cela fait aujourd’hui une année, jour pour jour, que le virus du corona circule à  travers le Sénégal. Aujourd’hui, le bilan, depuis le début de la pandémie, fait ressortir 34 732 cas, dont 29 161 guéris, 880 décès et 4 690 malades encore sous traitement. Si le virus a été transporté officiellement par un Français le 2 mars, après un séjour dans son pays, sa propagation a été notée après l’arrivée à  Touba du premier Sénégalais infecté au coronavirus.  Cet émigré, établi en Italie, est rentré le 6 mars et a, par la suite, contaminé toute sa famille.

Pour limiter les dégâts, le chef de l’Etat a décidé de déclarer »˜’l’état d’urgence » sur l’ensemble du territoire national, à  compter du lundi 23 mars à  minuit, assorti d’un couvre-feu de 20 h à  6 h. Les cours ont été suspendus, les écoles privées comme publiques fermées pour tous les niveaux. Les déplacements d’une région à  une autre ont été interdits. Les frontières terrestres et aériennes fermées. Le nombre de passagers dans les véhicules de transport en commun est limité, les marchés fermés certains jours et aucune manifestation publique comme privée n’a été autorisée durant les premiers mois de la pandémie au Sénégal et quasiment toutes les festivités de l’indépendance ont été annulées.

Mais ces mesures restrictives n’ont pas été sans conséquence, surtout sur le plan économique. Et pour aider les entreprises en difficulté ou impactées par ces mesures, Macky Sall a décidé de mettre en place un fonds de riposte et de solidarité, doté de 1 000 milliards de francs CFA, financé avec un appel à  la solidarité lancé à  l’endroit du secteur privé et des partenaires du Sénégal. Une enveloppe de 75 milliards de francs CFA a été consacrée à  l’achat de vivres pour l’aide alimentaire d’urgence et des aides allouées aux acteurs de l’hôtellerie, de la restauration, du transport et de la presse, plus impactés par la crise sanitaire. 

Malgré cela, ces mesures n’ont pas empêché au virus de poursuivre sa trajectoire. Ainsi, en juin, le chef de l’Etat a décidé, avec plus de 20 000 cas de contamination et 433 décès, de changer les stratégies de lutte contre la pandémie, en invitant les Sénégalais à  »˜’apprendre à  vivre avec le virus ». Il autorise ainsi la réouverture des écoles pour les classes d’examen, après 3 mois de fermeture. Le couvre-feu fut levé, après de violentes manifestations dans certaines régions du pays dont Dakar, Kaolack, Thiès, etc. Et le président Macky Sall a opté pour l’ouverture et l’élargissement d’un gouvernement qui prend en charge les questions sensibles que la pandémie de Covid-19 a mises en exergue.

Il faut noter que de septembre à  octobre, on a noté une baisse des cas de contamination de Covid et les manifestations publiques ont repris. Mais, en novembre, juste après la réouverture des classes pour tous les élèves du Sénégal, le nombre de cas a de nouveau augmenté. Un nouveau couvre-feu est instauré dans les régions de Dakar et de Thiès depuis le 6 janvier. Dans la nuit du 6 au 7 janvier, des manifestations de contestation contre le couvre-feu se sont produites à  Dakar. Toutefois, cela n’a pas empêché le gouvernement de maintenir cette décision. Car le couvre-feu reste en vigueur jusqu’au 20 mars prochain.

Aujourd’hui, le Sénégal adopte une nouvelle manière de lutter contre la Covid, avec le lancement, le mardi 23 février, de la campagne de vaccination contre le coronavirus, grâce à  l’acquisition récente de 200 000 doses du vaccin chinois Sinopharm. Mais 10 % de ces doses ont été mises à  la disposition de deux pays voisins, la Guinée-Bissau et la Gambie, en signe de »˜’solidarité ».

AN 1 DE LA COVID-19 AU SENEGAL

Diourbel, 3e de la classe

La pandémie de la Covid-19 s’est introduite au Sénégal depuis le 2 mars 2020. Elle continue sa progression au niveau de Diourbel. A ce jour, cette région est classée 3e au niveau national et compte 1 780 cas et 140 décès.

La Covid-19 s’est révélée au Sénégal le 2 mars 2020. Débutant par la région de Dakar, elle a fini par toucher toutes les régions du pays. Cette maladie dangereuse, qui est entrée  dans notre pays avec ce que le service du ministère appelle un »˜’cas importé », a fait que les pouvoirs publics étaient obligés de prendre des mesures comme beaucoup d’autres pays l’on fait. Ces mesures ont consisté à  la fermeture des écoles, des universités, des lieux de culte, etc. Le virus a été signalé dans la région de Diourbel, le 11 mars 2020, avec la venue en vacances d’un compatriote »˜’modou-modou » infecté et testé positif. Depuis lors, la pandémie ne cesse de gagner du terrain.

A ce jour, la région compte 1 780 personnes qui ont contracté le virus. Le nombre de décès est de 140. Le taux de létalité dépasse de loin celui de la moyenne nationale. Il se situe à  7,7 %, un taux très élevé, comparé au taux national qui est de 2,3 %. Le district sanitaire de Touba est le plus infecté. Le recensement fait état de 1 350 cas confirmés dont 812 guéris et 108 décès. Il est suivi de celui de Diourbel avec 272 personnes infectées dont 223 guéries et 28 décédées. Vient ensuite le district sanitaire de Mbacké avec 135 cas positifs dont 11 décès. Le district sanitaire de Bambey est le moins touché, avec 60 cas et 6 décès. Ce district n’a chopé le virus que le 18 aoà»t dernier.

Au niveau de la région de Diourbel, tous les quatre districts ont débuté, depuis jeudi dernier, la vaccination. Diourbel a reçu 10 881 doses réparties entre les quatre districts, avec 2 549 doses pour Touba, 1 700 pour Bambey, 1 256 pour Mbacké et 924 pour Diourbel.

Ce qui fait un total de 6 429 doses destinées à  la vaccination du personnel de santé et le personnel  médical dans les instituts de santé publics comme privés, ainsi que ceux qui travaillent au niveau des pharmacies.  S’agissant des personnes âgées de 60 ans et plus, elles sont au nombre de 49 246 dont 22 497 hommes et 26 749 femmes. Le total des personnes à  vacciner est de 53 799, soit 2,89 %, parce que la population de Diourbel est de 1 859 503. Au niveau de cette région, le gouverneur Gorgui Mbaye a réceptionné ce premier lot qui constitue 5 % des vaccins reçus par le Sénégal, pour le moment. Diourbel est une région qui est durement frappée, avec plus d’une centaine de décès et énormément de cas graves.

En dépit de cette situation catastrophique, des personnes continuent de nier l’existence de la maladie. Elles refusent, pour la plupart, de porter le masque et de respecter les gestes barrières. 

Boucar Aliou Diallo

MARIAMA DIEME 

 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut