CEDEAO: plaidoyer pour davantage de recettes fiscales

CEDEAO: plaidoyer pour davantage de recettes fiscales

Aps Le 2020-02-21  Source
Dakar, 21 fèv (APS) - La présidente de l'Ordre national des experts du Sénégal (ONES), Marie Delphine Ndiaye, a insisté vendredi sur la nécessité, pour les pays de la CEDEA0, de mobiliser davantage de ressources au niveau interne et de réduire la pression fiscale afin d'amoindrir le niveau de la dette extérieure.
"Les pays de la CEDEAO doivent mobiliser plus de ressources pour moins s'endetter au plan extérieur et réduire la pression fiscale par l'élargissement de l'assiette fiscale", a-t-elle déclaré.
Marie Delphine Ndiaye intervenait lors d'une conférence de presse de l'Union des Ordres fiscaux de l'Afrique de l'Ouest (UDAFOA) et de la section fiscale de l'ONES, en prélude de la 6ème Conférence internationale annuelle fiscale, qui se tiendra les 27 et 28 février 2020, Dakar.
"Si nous prenons l'exemple du Sénégal, il n'y a que 90.000 contribuables qui paient leurs impôts sur une population estimée 15.000.000 millions", a-t-elle fait remarquer.
Face cette situation, elle a souligné l'importance de "promouvoir le civisme fiscal et la nécessité de réfléchir sur les possibilités d'augmenter les recettes de notre pays par une mobilisation interne des ressources".
Selon elle, la première édition de cette conférence internationale au Sénégal est placée sous le thème "Mobilisation des recettes fiscales intérieures dans les pays de la CEDEAO: Défis et Perspectives". Elle permettra, dit-elle, "de formuler des recommandations" l'endroit des autorités.
"Nous devons éduquer les populations en terme de civisme fiscal et attirer leur attention sur les difficultés auxquelles l'Etat est confronté par rapport la mobilisation des recettes", estime le président de la section fiscale de l'ONES, Saliou Dièye.

"Il faudrait que les gens aient le réflexe d'aller payer les impôts plutôt que de se soustraire, parce que s'il n'y a pas assez de recettes, on est obligé de s'endetter ou de tendre la main pour l'aide au développement", a-t-il expliqué.

Nous vous recommandons