COMMERCIALISATION ARACHIDIERE : Diourbel a collecté 6 541 tonnes de graines

Par , publié le .

Economie

 

Dans le cadre d’une tournée de mobilisation directionnelle et opérationnelle, le directeur général de la Sonacos était à  Diourbel. Modou Diagne Fada est revenu sur les nouveaux chantiers de son entreprise, avant de se réjouir de la collecte des graines. 

 

La Sonacos n’a pas peur de la concurrence. Elle n’est pas non plus contre la présence des étrangers dans le secteur de la commercialisation de l’arachide. Son directeur général l’a réaffirmé, lors de son passage à  Diourbel, dans le cadre de la tournée qu’il effectue dans le pays. »˜’La Sonacos n’est pas contre la présence des étrangers dans la commercialisation de l’arachide. Ils ont leur place, surtout quand nous atteignons des productions record. Il faut bien trouver des débouchés pour la surproduction. Il faut trouver des gens qui peuvent acheter la mévente. Par contre, la présence doit être organisée », a dit Modou Diagne Fada.

Il invite, par conséquent, les Chinois à  discuter avec eux. La Sonacos est une société nationale, renseigne Modou Diagne Fada. »˜’Nous sommes en mesure de fournir à  la République populaire de Chine ce dont elle a besoin en matière de graines d’arachide. Donc, c’est mieux de faire travailler la Sonacos avec les opérateurs étrangers que de les laisser avec les paysans ou avec d’autres intermédiaires. Nous allons continuer de réfléchir avec les autorités de la République pour essayer de trouver la meilleure formule qui préserve la présence des Chinois et l’approvisionnement correcte de l’industrie locale en matière première ».

 Interpellé sur les nouvelles réformes à  mettre en place, le DG de la Sonacos répond : »˜’Pour l’année prochaine, conformément aux recommandations du chef de l’Etat, nous allons vers des réformes, dans le cadre de la collecte des graines. Le système carreau-usine est en train d’atteindre ses limites. Je pense qu’il faut inventer un autre système qui permettra à  la Sonacos d’aller acheter bord-champs, mais aussi à  des OPS de contractualiser avec la Sonacos, dans le cadre de la fourniture de graines. Pour cela, nous avons reçu l’aval de notre Conseil d’administration pour créer une direction achat-graines. Il existe présentement à  la Sonacos une coordination achat-graines. Une direction achat-graines avec des services décentralisés et déconcentrés dotés de moyens logistiques et du personnel pour mieux se déployer à  travers les départements qui relèvent de l’unité centrale de réception ».

C’est ainsi que les services achat-graines seront déployés en tenant compte de cette organisation. Ils auront donc des possibilités de se déployer sur le terrain dans les points de collecte officiels avec leurs moyens logistiques pour être en mesure de se battre sur le terrain pour avoir des graines, parce qu’on l’a vu cette année, la Sonacos est souvent laissée en rade par presque tous les acteurs ».

A Diourbel, la Sonacos a réceptionné, à  ce jour, 6 541 tonnes collectées dans les différents secco de l’usine. Comparés à  l’année passée, confie Modou Diagne Fada, »˜’pour toute la campagne, nous étions autour de 4 500 tonnes. Cette année, après moins de deux mois de campagne, on a mieux fait et on peut être même atteindre la quantité collectée en 2018. Ce qui serait un record, pour qui connait les débuts difficiles de cette présente campagne o๠on a mis beaucoup de temps à  démarrer les opérations de collecte. Nous pensons que nous allons pouvoir sauver cette présente campagne ».

L’étape de Diourbel a été une occasion, pour Modou Diagne Fada, de se prononcer sur la question des abattements. »˜’Nous restons dans cette stratégie globale de dire que nous sommes disposés à  acheter toutes les quantités de graines qui seront envoyées dans nos sites de réception. Nous pensons dépasser ce tonnage à  la fin de campagne à  Diourbel pour continuer à  faire de l’huile. Il y a un décret qui organise la commercialisation et toutes les parties doivent se conformer au décret qui est en vigueur, sauf sur le taux d’abattement qui est, tous les ans, négocié.

La Sonacos a fait beaucoup d’efforts et a porté ce taux à  2,5 % à  la place du 1,8 % qui était en vigueur en 2019. La Sonacos a la possibilité de réclamer un deuxième tour, si elle se sent lésée, et vice-versa. Maintenant, tout cela se fait après les prélèvements. Et là  aussi, nous avons accepté que les préleveurs tournent, qu’on en ait plusieurs sous la dictée de l’agent du contrôle économique. Nous nous sommes parlé et nous nous sommes accordés autour de l’essentiel. Les opérations vont se poursuivre de façon beaucoup plus harmonieux, coordonnée, concertée ».

Boucar Aliou Diallo

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut
Suivez en DIRECT/LIVE Les Manifestations Du Lundi 08 Mars 2021Cliquez-ici