Démarrage de l'examen de la 2ème loi de finances rectificative

Démarrage de l'examen de la 2ème loi de finances rectificative

Aps Il y'a 3 semaines  Source
Dakar, 15 nov (APS) - La séance plénière portant examen du second projet de loi de finances rectificative (LFR) pour 2019 dont le montant s'élève 4 092,74 milliards FCFA, a démarré cet après-midi l'hémicycle, a constaté l'APS.
Les travaux, qui ont démarré peu après 17 heures, se déroulent sous la direction du président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse, et en présence du ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo, venu défendre au nom du gouvernement le présent projet de loi.
Selon l'exposé des motifs, cette seconde loi de finances rectificative doit être considérée ''comme une LFR de régularisation voire de responsabilité''. Il s'agira, entre autres, ''de moduler des crédits et de les orienter vers de nouvelles priorités'', explique la même source. ''Dans le contexte d'une économie ouverte comme la nôtre, la loi de finances peut être bouleversés par des facteurs tant endogènes qu'exogènes'', fait observer le rapport de présentation.
En comparaison avec la première LFR votée en juillet, la LFR 2 connaît une hausse de 104,1 milliards F CFA en valeur absolue et de 2, 6% en valeur relative, représentant la subvention additionnelle accordée au secteur de l'énergie et le produit de la redevance provenant de la gestion des autoroutes, précise le ministre des Finances et du Budget, dans des propos rapportés par l'exposé des motifs.
Au total, selon le ministère des Finances et du Budget, la LFR 2 ?'porte, de manière spécifique, sur une augmentation des dépenses courantes hauteur de 13,9%, de la masse salariale, qui évoluera très légèrement de 0,1%, et des dépenses en capital sur ressources internes en baisse de 3,4%''.
Il ajoute qu'il s'agit aussi de transférer 125 milliards de FCFA de ressources budgétaires nouvelles la SENELEC pour faire face aux impayés de 2017 et 2018, résultant de la combinaison du blocage des prix de l'électricité et de l'augmentation des prix mondiaux du pétrole.

Nous vous recommandons