INFRASTRUCTURES ROUTIERES DE PROMOVILLES : Mansour Faye lance la phase 2

Après la première phase du programme Promovilles qui a commencé soulager les populations mbouroises, la phase 2 est attendue par les habitants de la commune. Les travaux ont été lancés hier par le ministre du Développement communautaire et de l'Equité sociale.

Le ministre Mansour Faye a procédé, ce mardi, au lancement des travaux de la 2e phase du programme Promovilles dans la capitale de la Petite Côte. "La première phase étant terminée, nous avons lancé la seconde financée par la Bid pour un montant 6 milliards de francs, pour un linéaire de quelque 9 km. Ce sera des voiries qui vont permettre Mbour d'être décongestionnée, mais aussi de favoriser une circulation fluide de la mobilité au niveau urbain", a informé le ministre.Les travaux de ce programme durent généralement 16 18 mois, selon le Mansour Faye qui précise: "A Mbour, la phase 2 sera réalisée en 16 mois et nous avons reçu les assurances de l'entreprise qui les exécute."

Il s'agit principalement de 5 axes concernés: 3,2 km d'une corniche reliant Djouti Joal et la route de l'Oncad ; 1,830 km entre l'avenue Sanna Daffé et la route nationale n°1, du côté de Thiocé Est ; le raccordement du croisement Kaolack et de la route 44 pour une distance de 1,800 km ; la voie de contournement passant par le cimetière de Liberté, qui s'étale sur une distance de 1,5 km, et le tronçon raccordant la route de Saly Grand Mbour et la route nationale n°1 pour 0,820 km. Soit un total de 9,15 km prévus pour améliorer la mobilité urbaine et réduire les coûts et les temps de déplacement, renforcer le système d'assainissement, la sécurité des personnes et des biens par l'éclairage public et l'amélioration du cadre de vie des populations.

À l'en croire, "au-del même de la voirie, il y a des équipements connexes d'information, d'assistance aux collectivités territoriales que Promovilles apporte ces entités". "La route sera aménagée avec de l'éclairage, de l'assainissement, mais aussi avec des panneaux de signalisation qu'il faudra respecter pour moins d'encombrements", renseigne le maire Fallou Sylla.

L'édile indique que cette dynamique va se poursuivre. "Nous avons été récemment voir des bailleurs et 80 milliards supplémentaires vont être investis travers les programmes d'équité territoriale, mais également 30 milliards réservés Promovilles". Il assure ainsi que, d'ici l'horizon 2025, tous les centres urbains du Sénégal auront bénéficier des programmes de Promovilles.

Le président du conseil départemental a dit sa satisfaction pour la réalisation de ces infrastructures. Pour Saliou Samb, "Mbour en avait besoin et ces chantiers vont changer son visage, en plus d'assurer une fluidité de la circulation".

Dans la foulée, le ministre a visité les infrastructuresréalisées lors de la première phase financée par l'Etat du Sénégal et la Bad sur un linéaire de près 6,850 km. Pour lui, cette phase a littéralement transformé le visage de la ville de Mbour. "Nous avons parcouru les zones concernées où on a, en plus, mis les systèmes d'assainissement. Nous avons également écouté les populations qui ont exprimé leur satisfaction par rapport non seulement la voirie qui est éclairée, mais aussi cette voirie assainie. Cela répond parfaitement aux préoccupations des populations".

Pour ce qui concerne l'entretien de ces infrastructures, le maire de la commune explique que dans les quartiers concernés par la phase 1, les gens sont en train de s'organiser. "Au niveau du quartier 11 Novembre, il y a un comité qui a été mis en place pour y veiller. Avec les autres quartiers, ils vont organiser les riverains, parce que c'est la mairie qui devait tout faire (elle fait tout de même un bon travail avec le Fera), mais les populations s'organisent et achètent elles-mêmes des poubelles pour faire le ramassage".

Dans ce cadre, Fallou Sylla a invité les autres quartiers " s'en inspirer". Il a également demandé aux délégués de quartier de veiller cela, en organisant les populations. "Aussi, nous avons prévu des sabots pour sanctionner les automobilistes qui stationnent irrégulièrement sur la voie publique. Nous allons mettre en place des comités de vigilance aux côtés de l'agent voyer, pour veiller la bonne organisation sur la voirie", a-t-il promis.

IDRISSA AMINATA NIANG (MBOUR)

Nous vous recommandons

Economie

Denrées

Enqueteplus