Le développement des PME, "axe majeur" de la nouvelle stratégie de la BADEA (DG)
+++De l'Envoyée spéciale de l'APS: Adama Diouf Ly+++

Johannesburg, 13 nov (APS) - Le développement des Petites et moyennes entreprises sera un des axes majeurs de la nouvelle stratégie de la Banque Arabe de développement économique en Afrique (2020-2030) présentée lors du 2ème Forum de l'investissement en Afrique qui a pris fin mercredi au Sandton Convention Centre de Johannesburg.
"Il est clair que les PME constituent 80% du tissu économique en Afrique et ont un grand potentiel pour contribuer la création d'emplois pour les jeunes et les femmes mais également permettre de plus grands échanges entre pays africains dans la perspective des accords de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF)", a dit l'APS, le directeur général de la BADEA, Sidi Ould Tah dans un entretien avec l'APS.
L'idée est de travailler au développement du commerce surtout travers les PME et donner au secteur privé toute la place qu'il mérite, a-t-il ajouté.
Ainsi, selon lui, dans cette nouvelle stratégie, les ¾ des financements seront accordés au secteur privé, au commerce et un ¼ au secteur public.
Il a rappelé que la Banque a réalisé beaucoup d'infrastructures en Afrique et a contribué au financement de quelques 750 projets, de chaînes de valeur agricole car aujourd'hui, a-t-il souligné.

"Tous les leaders africains veulent que les produits soient transformés sur le sol africain pour promouvoir des emplois pour la jeunesse, les femmes et davantage de valeur ajoutée", a t-il dit.
Aujourd'hui, plus de 55% des financements de la BADEA ont été destinés au secteur des infrastructures qui couvre aussi le secteur de l'énergie, des routes notamment pour le désenflamment des régions, a souligné Ould Tah.

Dans le cadre du nouveau plan quinquennal, la BADEA compte allouer également "des ressources conséquentes pour les énergies renouvelables".
La présence de la BADEA au forum de Johannesburg est ''tout fait naturelle car le mandat de la Banque est exclusivement africain", selon Ould Tah.

C'était aussi une occasion pour la BADEA "de finaliser'' sa stratégie 2030 parfaitement alignée l'Agenda 2030 de l'Union africaine, mais aussi aux Objectifs de développement durable 2030 des Nations Unies, a-t-il dit.
Il s'est agi durant les trois jours du Forum d'échanger dans les "Board room" pour identifier des projets qui vont contribuer au développement de différents secteurs d'intérêt pour les pays africains aussi bien au niveau du secteur public que privé.

Nous vous recommandons

Economie

SUBVENTIONS AGRICOLES : Les graines de la discorde

Enqueteplus