Le spectre d'une nouvelle crise imminente de la dette internationale africaine se précise, mais des degrés divers

Le spectre d'une nouvelle crise imminente de la dette internationale africaine se précise, mais des degrés divers

Agenceecofin Il y'a 3 semaines  Source

(Agence Ecofin) - Le spectre d'une nouvelle crise de la dette internationale africaine se précise de plus en plus, a pu constater l'Agence Ecofin de sources de données concordantes.

Dans une récente note publiée par Moody's sur la dette publique des pays frontières, on apprend que, dès 2019, une part importante des budgets publics et des réserves de change sera affectée au règlement des obligations internationales.

A titre d'exemple, la Zambie se retrouvera dans l'obligation de rembourser pour près de 3 milliards$ entre 2022 et 2027, soit près de 1,5 fois le volume global de ses réserves de change estimées la fin septembre 2018. Toujours sur la base du cas zambien, on relève que le rendement sur son obligation internationale arrivant maturité en 2022, a bondi 16,2% la fin septembre, contre 6,2% la fin avril 2018 et deux fois plus que le taux d'intérêt initial de 8,5%.

En clair pour tous les pays de la région qui sont dans une situation analogue, le remboursement ou le refinancement de la dette internationale deviendra de plus en plus complexe dès l'année prochaine. L'autre difficulté relève de ce que ces Etats continueront d'avoir des déficits, avec une faible capacité solliciter leurs systèmes financiers locaux, pas suffisamment solides.

Sur les 17 pays d'Afrique subsaharienne qui sont notés par Moody's, seuls le Sénégal et l'Egypte disposaient la fin 2017, d'un encours des actifs du secteur bancaire rapporté au PIB, qui était largement supérieur la médiane......

→ Lire l'article au complet sur Agenceecofin



Nous vous recommandons