Mbour: démarrage timide de la campagne de commercialisation de l'arachide
Mbour, 10 déc (APS) ? La campagne de commercialisation de l'arachide a démarré de façon timide dans le département de Mbour (ouest), où certains opérateurs-stockeurs privés traînent encore les pieds, a appris l'APS du service départemental du développement rural (SDDR).
?'Des difficultés sont notées parce que l où certains opérateurs-stockeurs n'ont pas eu de problème pour financer leurs activités, d'autres tardent démarrer'', a dit Serigne Mansour Kâne, chef du SDDR de Mbour.
Les services compétents ont agréé 12 points de collecte dans ce département où toutefois seuls trois d'entre eux ont débuté correctement leurs activités, selon M.Kâne.
La campagne de commercialisation de l'arachide, lancée le 3 décembre dernier, se poursuivra jusqu'au 25 mai 2020 sur toute l'étendue du territoire sénégalais.
Serigne Mansour Kâne révèle qu'un opérateur-stockeur a ?'débuté la commercialisation Ndiaganiao, Ndiarao et Mbour'', en attendant de pouvoir le faire au dans les points de collecte de Fissel-Mbadane, Sandiara, Tène-Toubab, etc. Selon lui, l'opérateur privé en question a promis d'entamer l'achat des graines dans ces points de collecte, ?'le plus rapidement possible''.
D'autres points de collecte aussi tardent démarrer, notamment Nguéniène, faute de financements, selon le chef du SDDR de Mbour.
Il rappelle les financements peuvent provenir de fonds propres de l'opérateur ou d'un prêt obtenu auprès d'un établissement financier, comme la Banque agricole.
?'Il est parfois difficile, pour certains opérateurs, d'acquérir un prêt auprès des banques. Hier [lundi], j'ai eu recevoir un opérateur agréé, mais son problème, c'est que la banque lui demande la notification du ministère attestant qu'il a été agréé. Seulement, la notification n'est pas encore sortie, c'est la liste des points de collecte agréés qui est seulement disponible'', a expliqué Serigne Mansour Kâne.
C'est cette liste-l que l'opérateur a décidé de présenter la banque, dans l'espoir de bénéficier d'un financement pouvant lui permettre de démarrer ses activités, selon M.Kâne.
Et c'est sans doute parce que des opérateurs traînent encore les pieds que ?'certains producteurs préfèrent aller vendre les arachides dans les marchés hebdomadaires'', dit-il. Une situation due aussi au fait que ?'les prix y sont plus élevés que le prix officiel de 210 francs CFA''.
A Mbour, les statistiques permettant de quantifier avec exactitude la production agricole de cette année ne sont pas encore disponibles. Toutefois, des estimations basées sur des données collectées par les agents sur le terrain peuvent permettre d'avoir une idée sur les récoltes, selon M.Kâne.
?'Tout ce qu'on peut dire, c'est que cette année, les premiers semis ont été fructueux, mais les [autres] ne l'ont pas été. Il y a certaines zones où les premiers semis ont donné des rendements meilleurs, notamment Ndiaganiao, où le gérant du point de collecte soutient qu'il reçoit des graines de très bonne qualité'', rapporte Serigne Mansour Kâne.
Il estime cependant qu'on ne peut pas se baser sur ces faits-l pour établir une comparaison entre les rendements de l'année dernière et ceux de cette année.
?'Dans certaines communes, les rendements sont très faibles. C'est le cas de Nguékokh et d'une partie de la commune de Nguéniène où les récoltes d'arachide seront très faibles'', a constaté le chef du SDDR de Mbour. Il invite les agriculteurs réserver les semences écrémées pour la prochaine campagne agricole, afin de pouvoir obtenir de meilleurs rendements.


Nous vous recommandons