Retour des travailleurs saisonniers: les propositions d'un socio-anthropologue pour éviter un ...'fiasco sanitaire''

Retour des travailleurs saisonniers: les propositions d'un socio-anthropologue pour éviter un ...'fiasco sanitaire''

Aps Le 2020-05-29  Source

Dakar, 28 mai (APS) ? Le socio-anthropologue Papa Faye suggère aux autorités sénégalaises de lever l'interdiction du transport interurbain pour faciliter le retour leur terroir des travailleurs saisonniers, de les ?'tester?' au départ et de mettre en quarantaine les cas suspects.

Le 11 mai, le président de la République, Macky Sall, a déclaré avoir demandé au gouvernement d'assouplir les mesures de restriction sur les transports interurbains, pour permettre aux agriculteurs de regagner leur terroir.

Cette mesure permettra aux travailleurs saisonniers ou agricoles de rejoindre leurs localités, malgré l'état d'urgence sanitaire instauré depuis le 23 mars pour éradiquer la pandémie de Covid-19 au Sénégal.

Près d'un million de travailleurs saisonniers pourraient être concernés par ce retour au terroir, qui, s'il est mal organisé, pourrait engendrer un ?'fiasco sanitaire'', c'est--dire des contaminations massives de Covid-19 incontrôlables pour les services sanitaires, avertit Papa Faye dans une tribune reçue jeudi l'APS.

Pour éviter cela, M.Faye propose une première ?'option'' consistant mettre en quarantaine les travailleurs saisonniers dès leur arrivée destination, avant qu'ils ne s'occupent des travaux champêtres.

Pour y arriver, ajoute-t-il, il faudra ?'former tous les agents de santé des districts sanitaires du pays la prise en charge de malades Covid-19, si ce n'est pas déj fait, et doter ces districts de davantage de personnels qualifiés, avant tout mouvement de retour''.

?- ?'La faim tue plus atrocement que le coronavirus'' ---

Papa Faye préconise une seconde ?'option'' qu'il juge plus ?'risquée'' consistant ?'lever tout simplement l'interdiction de transport interurbain'' puisqu'il n'est pas possible de "recourir aux autorisations spéciales de circuler cause de la difficulté des identifier''.

Il affirme, sur la base du dernier recensement général de la population, effectué en 2013, que les migrants internes sont estimés 1.896.779, soit près de 15% de la population sénégalaise.

M.Faye fait remarquer que, selon le même recensement effectué il y a sept ans, toutes les 14 régions du pays sont concernées par la migration interne: elles sont de grands foyers de départ (exemples: Louga, Kaolack, Diourbel, Thiès), ou des foyers d'accueil (exemples: Dakar, Thiès, Diourbel, et surtout la ville de Touba), ou encore les deux la fois.

?'Parmi ces migrants internes, 820.000 personnes, soit un peu plus de 43%, sont concentrés Dakar'' alors que ?'Dakar est l'épicentre de la pandémie'', indique le socio-anthropologue, sur la base du dernier recensement général de la population.

Aussi tient-il rappeler que ?'l'hivernage approche grands pas, selon les prévisions publiées par [le centre régional] AGRHYMET'', appartenant 13 pays d'Afrique du Centre et de l'Ouest, dont le Sénégal.

Et ?'la pluie est d'ailleurs déj tombée Kédougou'', dans le sud-est du Sénégal, ajoute M.Faye pour signaler l'urgence d'organiser le retour chez eux des travailleurs saisonniers cloués dans les villes par les mesures-barrières prises dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire.

?'Supposons que la majorité des migrants saisonniers vient du monde rural et devra y retourner pour les besoins de l'hivernage, ce serait près d'un million de personnes qui seraient concernées par le retour en vue'', écrit le socio-anthropologue.

?'Si l'on tient compte du fait que plus de 75% de ces migrants sont concentrés dans l'axe Dakar, Thiès, Diourbel; et que la région de Dakar elle seule abrite plus de 2.000 cas confirmés [de Covid-19] la date du 27 mai 2020, sur le total d'un peu plus de 3.000 cas, soit près de 71%, même un miracle ne pourrait pas empêcher que des saisonniers, même asymptomatiques, retournent avec le coronavirus'', avertit-il.

Et ?'pourtant, fait remarquer M.Faye, jusque-l le monde rural était assez épargné'' par la maladie coronavirus.

Au contraire des villes où existent ?'des infrastructures sanitaires acceptables'' et situées ?' des distances raisonnables par rapport aux lieux de résidence des personnes infectées'', dans le monde rural, ?'plusieurs [personnes] mourraient avant de voir une ambulance'', prévient-il.

'Moins de dégâts'' ---

?'Le retour des saisonniers en milieu rural va sûrement déplacer le virus, et il pourrait s'en suivre un fiasco sanitaire'', avertit le socio-anthropologue, ajoutant que le maintien des travailleurs saisonniers dans les villes, pendant la saison des pluies, pourrait même engendrer des risques de famine au Sénégal, faute d'une production agricole suffisante.

Pourtant, ?'la faim tue plus atrocement que le coronavirus; elle torture et tue sans distinction de tranche d'âge'', soutient M.Faye.

?'Je crois qu'une crise sanitaire [comme] la pandémie due au Covid-19 serait moins dévastatrice qu'une crise alimentaire, dans un contexte où ceux qui nous ont secourus dans de pareilles circonstances sont les plus affaiblis par la pandémie'', ajoute-t-il, faisant allusion aux pays d'Europe de l'Ouest et aux Etats-Unis, principaux partenaires financiers de nombreux pays africains dont le Sénégal.

Au contraire des enseignants, qui sont titulaires d'une carte professionnelle, comme les élèves le sont d'une carte d'identité scolaire, ?'il n'y a pas de carte professionnelle pour le paysan ou l'agriculteur sénégalais'', rappelle Papa Faye.

?'Par conséquent, il serait difficile de savoir qui est agriculteur et qui ne l'est pas'', souligne-t-il, exhortant les autorités sénégalaises éviter le ?'fiasco sanitaire'' et faire en sorte qu'il y ait ?'moins de dégâts'' lors du retour des travailleurs saisonniers dans les villages.

Nous vous recommandons