Core OS : le plan de Microsoft pour migrer les développeurs de Win32 vers les Windows Apps

Core OS : le plan de Microsoft pour migrer les développeurs de Win32 vers les Windows Apps

Nextinpact Le 2019-12-23  Source

Après les caractéristiques et ambitions principales de Core OS, nous plongeons plus dans les détails techniques de Win32, ses évolutions et ce qui attend les développeurs. Contrairement aux tentatives passées de Microsoft dans ce domaine, la nouvelle approche est nettement plus «douce». La migration avance, mais il reste encore desobstacles.

Nous avons dans nos précédents articles expliqué comment Core OS allait représenter un nouveau chapitre de l'histoire de Windows, en apportant une solution souple aux problématiques actuelles. Microsoft a en effet longtemps été coincée entre de vieilles interfaces de programmation, très utilisées mais peu sécurisées, et de nouvelles, beaucoup plus sûres mais également plus limitées.

Presque dix années d'errances, ponctuées par des échecs retentissants comme Windows RT, auront infléchi le plan initial vers un projet beaucoup plus intégré où, normalement, les développeurs devraient s'y retrouver.

Notre dossier sur Core OS :

Qu'appelle-t-on d'abord Win32? C'est un ensemble d'interfaces de programmation, exposant aux développeurs un socle normalisé de fonctions exploitables. Pour afficher une fenêtre par exemple, pas question de réécrire le code d'une fonction considérée comme triviale.

Comme indiqué dans notre précédent article, Win32 est apparu d'abord avec Windows NT en 1993, pour suivre l'évolution technique vers le 32 bits. Les anciennes API ont été rassemblées dans le groupe Win16. Les utilisateurs connaissent probablement les trois bibliothèques principales de Win32: Kernel32.dll, User32.dll et GDI32.dll. Chacune expose des fonctions essentielles.

On y trouveégalement le réseau (ws2_32), la manipulation du registre (advapi32), les dialogues classiques (comctl32) ou encore la gestion COM (ole32).

Avec le temps, le nombre de fonctions Win32 a été décuplé. Cette augmentation était la croisée des demandes des développeurs et du sens que voulait donner Microsoft l'évolution de Windows. Il fallait également pouvoir interagir avec un nombre croissant de produits.

Mais Win32 a été construit dans les années 90, avec les techniques et inquiétudes d'alors. Il n'était pas tant question de sécurité que de fournir au plus vite ce qui était demandé. En outre, Microsoft voulait donner rapidement accès des API de composants qui, s'ils étaient liés Windows, restaient indépendants : Internet Explorer, DirectX, Office, etc. Ce sont les fameuses API COM.

Le modèle retenu étendait largement Win32, exposant tous les composants importants en COM. Il devaitétablir un environnement dans lequel les logiciels pourraient s'ébattre gaiement. Ce fut certes le cas ? et ça l'est toujours en partie ? mais il y eut prix payer : les malwares. Même si le problème a commencé surtout avec Windows 95, il n'a fait que prendre de l'ampleur, jusqu' la «crise» sous Windows XP, aboutissant un Service Pack 2 (qui intégrait pour la première fois un pare-feu) et retardant Vista.

La situation était d'autant plus sérieuse que les comptes créés sous Windows étaient par défaut en droits administrateur, sans aucun verrouillage avant d'entreprendre des actions importantes, comme installer un programme. On se souvient de Sasser, si répandu qu'il suffisait de laisser connectée Internet une machine Windows XP non mise jour pour qu'elle soit infectée en quelques minutes, grâce une faille de sécurité.

Il fallait donc réformer en profondeur l'architecture du système.

Nous vous recommandons

High Tech

iPhone 12: de 529.955 FCfa 1.054.015 FCfa, le tout en images !

SnNews/High-Tech/iPhone-12-de-529