Facebook : comment certaines applications Android lui transmettent discrètement vos données personnelles

Facebook : comment certaines applications Android lui transmettent discrètement vos données personnelles

Leral Il y'a 3 semaines  Source

Une dernière polémique pour terminer l'année du côté de Facebook. 2018 n'a pas été une année tranquille pour le réseau social, accablé par de nombreux scandales liés à la vie privée de ses utilisateurs. Le dernier en date concerne un discret échange de données personnelles entre certaines applications et Facebook pour Android.

Un récent sondage a montré que Facebook était de loin l'entreprise qui inspire le moins confiance aux utilisateurs en matière de vie privée. Cette image du réseau social n'est pas prête de changer de sitôt, d'autant que les polémiques s'enchaînent au fil des mois. En faisant le point, le site Wired a recensé pas moins de 21 affaires ayant accablé le réseau social en 2018. En voici une 22e pour clôturer l'année.

Vie privée : Facebook est au coeur d'une nouvelle polémique

Dans un rapport publié le 29 décembre 2018, des chercheurs de Privacy International, une ONG de défense de la vie privée sur Internet, pointent du doigt d'étranges interactions entre certaines applications Android et Facebook.

34 applications installées chacune sur 50 à 500 millions d'appareils, ont été passées au crible par l'organisation. On comprend à la lecture du rapport, que Facebook collecte un certain nombre de données qui ne semblent pas vraiment sensibles de prime abord : modèle du smartphone, système d'exploitation, et applications installées, nom de l'opérateur, etc.

Une fois croisées de manière signifiante, ces données vont permettre de dresser un profil type de chaque utilisateur. Au premier lancement de l'une des applications incriminées, celle-ci va communiquer à Facebook un certain nombre d'informations sur l'appareil, et par ricochet, sur son propriétaire. Si sur le smartphone est installée ? par exemple ? Qibla Connect, une application relative aux prières musulmanes, il sera déduit qu'il y a de fortes chances que l'utilisateur est un musulman.

Si, sur le même smartphone est installée une application comme Period Tracker (suivi de règles), il y a de fortes chances que l'utilisateur soit une femme. Plusieurs autres exemples permettent au réseau social de dresser un profil plus ou moins précis de chaque utilisateur : « femme musulmane à la recherche d'un travail », « homme d'une quarantaine d'années souhaitant changer de voiture », etc.

Ce type de profilage à des fins publicitaires n'est pas vraiment nouveau. Il y a quelques jours, nous relayions par exemple l'histoire d'une femme enceinte envahie par des pubs pour bébés, et ce, de manière maladroite puisqu'ayant été victime d'une fausse couche.

Le pire, pour finir, est que même si l'utilisateur ne dispose pas d'un compte Facebook, les informations sont tout de même transmises au réseau social. C'est dire que si vous avez par exemple décidé de fermer votre compte Facebook à la suite du scandale Cambidge Analytica, vous n'êtes pas vraiment sorti de l'ornière puisque le réseau social a encore les moyens de recueillir des informations sur vous.





Phonandroid

→ Lire l'article au complet sur Leral



Nous vous recommandons

High Tech

Epic, Unity, le bras de fer Improbable

Nextinpact