#Flock n'aime pas les petites lignes

Comme chaque samedi à 13h37,Flock pose son regard acide sur l'actualité dans le domaine numérique. Il publie ainsi une chronique regroupant cinqou six dessins en rebond sur nos articles.

En ce week-end nous menant du Black Friday au Cyber Monday, tout est à vendre, à petit prix. De quoi inquiétercertains députés qui se disent préoccupés de ce consumérisme et de la puissance qu'ont désormais des plateformes comme Amazon face à ses fournisseurs, prestataires de livraison ou même la dépendance qui est créée chez certains clients.

Espérons qu'ilsferont de même face à la vente de nombreux« bijoux » de l'Etat ou lorsqu'il faudra analyser l'impact de la récente loiEgalim, où les« puissants » qui dépassent parfois les bornes ne sont pas de méchants américains.

Certaines boutiques cherchent d'ailleurs à se démarquer par le service plutôt que les prix, comme on l'a vu avec Darty Max. Malheureusement, derrière les grands effets d'annonce, on constate que les conditions sont tout de même un peu moins roses, bien qu'une telle solution puisse avoir son intérêt dans certains cas.

De quoi nous rappeler qu'il est important de se forme à l'esprit critique. C'est peut-être ce que cherche à faire Hadopi quiveut sensibiliserdans les écoles et risque de faire face à des élèves dubitatifs vis-à-vis de son action. Un peu comme lorsque les réseaux sociauxnous disent de nous méfier de ceux qui veulent exploiter nos données.

Mais l'éducation ne fait pas tout. Il faut aussi savoir présenter les choses pour convaincre. Qu'il s'agisse du réchauffement climatique, de l'intérêts d'innovations technologiques... ou de réformes.

Cette chronique est financée grâce au soutiende nos abonnés. Vous pourrez la retrouver en accès libre dès la semaine prochaine,commetoutes les précédentes publications de Flockdans nos colonnes.

Nous vous recommandons