#Flock tombe le masque

Comme chaque samedi à 13h37,Flock pose son regard acide sur l'actualité dans le domaine numérique. Il publie ainsi une chronique regroupant cinq (ou six) dessins en rebond sur nos articles.

Alors que certains mettent en causel'usage des LBD par la police et les suites données aux différentes affaires de violences policières pendant les manifestations, l'exécutif a trouvé un ennemi auquel s'attaquer : l'anonymat. On peut surtout se rassurer du fait que les robots tueurs autonomes ne soient pas encore en charge du maintien de l'ordre.

Pour ce qui est de lever l'anonymat, il suffit de demander à Google, dont l'exécutif vantait récemment les mérites.La société vientjustement d'être distinguée par la CNIL pourses procédés concernant la récolte de données sur les internautes. Après une sanction de 50 millions d'euros, le géant américaincompte faire appel.

Une information largement reprise par la presse, qui espère bien être bientôt capable de faire payer Google pour la diffuser. Entre autres, puisque le Sénat a décidé d'étendre le droit voisin accordé au secteur à l'ensemble des sites. L'histoire ne dit pas s'il faudra que cela se fassepar virement instantanée ou non.

Cette chronique est financée grâce au soutiende nos abonnés. Vous pourrez la retrouver en accès libre dès la semaine prochaine,commetoutes les précédentes publications de Flockdans nos colonnes.

Nous vous recommandons