Jérôme Letier (ANTS): «Il y a des contrevérités qui circulent sur Alicem»

Jérôme Letier (ANTS): «Il y a des contrevérités qui circulent sur Alicem»

Nextinpact Le 2019-10-18  Source

Jérôme Letier, directeur de l'Agence nationale des titres sécurisés, revient dans nos colonnes sur le projet Alicem ou «Authentification en ligne certifiée sur mobile». Un projet biométrique en passe de devenir réalité, mais qui subit plusieurs critiques liées déj l'usage de la reconnaissance faciale.

S'identifier sur un service en ligne officiel avec une application biométrique. Voil l'ambition d'Alicem, qui a fait l'objet d'un décret publié le 16 mai dernier au Journal officiel. Le projet est cependantcritiqué par CNIL et même attaqué devant le Conseil d'Etat par la Quadrature du Net. Tour d'horizon avec le directeur de l'agence en chargede ce dispositif biométrique.

L'objectif d'Alicem est de protéger son identité sur Internet et s'identifier quand on fait une démarche en ligne de façon hautement sécurisée. Ce projet a plusieurs années et c'est en mai 2019 qu'on a obtenu la publication d'un décret en Conseil d'Etat.

La solution a été préparée notre demande par l'entreprise Gemalto qui fait partie du groupe français Thales. Nous avons signé un marché public avec elle en décembre 2016. Cela fait longtemps qu'on travaille avec nos partenaires, l'ANSSI, l'agence nationale pour la sécurité des systèmes d'information et la CNIL. Elle a du coup rendu son avis. Souvent on insiste sur les divergences entre nous et la commission, on pourra y revenir, mais globalement l'autorité a validé le principe.

Pour que ce système fonctionne, il faut un passeport, ou un titre de séjour si vous êtres un étranger, et un téléphone Android avec lecteur NFC. Cela ne marche donc pas pour l'instant avec Apple car l'entreprise a refusé jusqu'ici d'ouvrir son lecteur.

Quand vous choisissez de télécharger l'application, il suffit ensuite de poser le téléphone sur le titre. Il lit la puce qui intègre la photo et la compare avec une espèce de «selfie» que vous faites de vous-même. Concrètement, cette petite vidéo de votre visage est envoyée en même temps que la photo sur un serveur central qui procède une comparaison par algorithme de reconnaissance faciale. Si cela correspond, on vous autorise continuer l'installation de l'application. Vous choisissez enfin un code PIN de 6 chiffres que vous utiliserez.

Nous vous recommandons

High Tech

PowerToys : que valent les outils ressuscités de Microsoft ?

Nextinpact

High Tech

Google ou l'«OCR-isation»du monde

Nextinpact