Jeux d'espionsdans l'espace

La surveillance et l'espionnage ne se déroulent pas que sur Terre : un drôle de balletavec des satellites et desvaisseaux-espionsse déroule aussi des centaines de kilomètres au-dessus de nos têtes.Les militaires françaisont ainsidéj dû faire face d'étranges«manoeuvres d'approche et d'observation » et plus si affinité.

Comme nous avons déj eu l'occasion de l'expliquer de nombreuses reprises, une des missions d'Ariane 6 est d'assurer L'Europe ? et donc la France ? de conserver son autonomie d'accès l'espace. Nous pouvons en effet envoyer les satellites que nous voulons en orbite (pour des télécommunications, du guidage, du repérage, de la cartographie, etc.), sans avoir besoin de passer par un « partenaire » avec tous les risques que celasous-entend pour des missions relevant de la sécurité nationale par exemple.

Sur Terre, l'espionnage étatique, militaire ou civil passe par la surveillance d'Internet et le piratage des ordinateurs/serveurs, maisn'allez pas croire quecette pratiques'arrête la ligne imaginaire deK¡rm¡n, quidéfinit la limite entre l'atmosphère terrestre et l'espace. À plusieurs centaines/milliers de kilomètres au-dessus denostêtes, des satellitesjouentun double jeu, viennent se placer proximité d'autres engins spatiaux pour les espionner et ils pourraient même leur causer des dégâts physiques.

Il y a quelques jours,des astronomes amateurs ont ainsi suivi l'étrange comportement dela sonde russe Kosmos 2542 qui est venu se placer proximitéd'un satellite américain dont la mission est classée secret défense.Cegenre de manoeuvre n'est pas exceptionnel etdes satellites français ont déj reçu la « visite » de sondesétrangères.

Une guerre froide qui dure depuis des années déj, comme l'ont déj affirmé sans détourplusieursgénéraux et chefs d'état-major français.

Nous vous recommandons