L'intelligence artificielle au service des réseaux fixes et mobiles

L'IA se fait une place partout, y compris dans les réseaux fixes et mobiles des opérateurs.L'Arcepa souhaitéprendre le poulsdu marché etanalyser les tendances en la matière. Le régulateur en profite pour faire le point sur les nombreuses questions soulevées par une telle évolution dans le domaine des télécoms.

Depuis maintenant plus d'un an, l'Arcep a lancé un cycle de réflexion sur les réseaux du futur, avec un horizon de cinq dix ans. Plusieurs comptes rendus ont déj été mis en ligne sur lavirtualisation des réseaux(NFV, SDN), lecasse-tête de la voiture connectée(ITS-G5 et C-V2X) etl'empreinte carbone du numérique.

Le régulateurs'estrécemment penché sur le cas de l'intelligence artificielle dans les réseaux de télécommunications, fixeset mobiles.Comme pour ses précédentes publications, il s'est appuyé sur son Comité scientifique, composé de dix personnalités (avec une parité hommes/femmes), et sur de nombreux échanges avec les acteurs du secteur.

Comme le rappelle l'autorité, «les larges volumes de données collectées par la télémétrie, les efforts de standardisations ainsi que les nombreux cas d'usages laissent penser que l'intelligence artificielle pourrait significativement contribuer l'optimisation et l'évolution des réseaux dans les prochaines années».

Mais ce n'est pas sans soulever de nombreuses questions,que l'on retrouve dans d'autres domaines où l'IA occupe déj une place importante : disponibilité des données, opacité des algorithmes, explicabilité des décisions, etc. Autant de points qui «pourraient ralentir le déploiement de cette technologie dans les réseaux ».

Nous vous recommandons

High Tech

#Flock se planque en quarantaine

Nextinpact

High Tech

Wi-Fi, sécurité, médical : « la révolution des ondes térahertz »

Nextinpact