Pourquoi ArretMaladie.fr a-t-il été mis en demeure de fermer

Next INpact vous explique, documents à l'appui, pourquoi la Caisse nationale d'assurance maladie et l'Ordre des médecins se sont élevés contre le site ArretMaladie.fr. Le dossier est désormais entre les mains de la justice.

ArrêtMaladie.fr promet de faire rencontrer un patient avec un médecin en ligne, sous un nom de domaine pour le moins « accrocheur », déposé fin 2019.

L'arrivée voilà peu sur les écrans de ce médecin un peu trop 2.0 a toutefois été pilonnée par les autorités. « On ne va pas chez le médecin pour se faire arrêter. On va chez le médecin parce qu'on a des symptômes, parce qu'on est malade et le médecin doit décider de vous arrêter s'il estime que l'état n'est pas compatible avec le travail » réagissait Agnes Buzyn, ministre de la Santé, pas plus tard que le 13 janvier chez nos collègues de France Info.

Marchandisation de la médecine, consumérisme...les plus vils maux de la terre étaient adressés par la représentante du gouvernement qui prévenait avoir « demandé à [s]es services de faire un recours en justice contre ce site, car pour moi, c'est totalement contraire à ce que doit être aujourd'hui la médecine ».

Du côté de l'Ordre des médecins, même salle d'op', même ambiance. Le représentant des blouses blanchesfustige la devanture de cet e-cabinet : « Au moyen de formules accrocheuses, le site vante l'instantanéité du processus et suggère que toute demande d'arrêt maladie sera satisfaite, portant ainsi atteinte à l'image de la profession en assimilant l'activité médicale à une activité commerciale ». Et celui-ci d'annoncer une future action en référée lancée simultanément avec la Caisse nationale d'Assurance maladie.

Ce 7 janvier, la CNAMdiagnostiquait d'ailleurs « une information inexacte qui trompe les assurés et s'écarte de la déontologie médicale ». Pour la Caisse, « il est éthiquement critiquable de faire la promotion d'un site de consultations médicales en ligne à partir de la promesse de l'obtention facilitée d'un arrêt de travail ».

Nous vous recommandons

High Tech

#Flock se planque en quarantaine

Nextinpact

High Tech

Wi-Fi, sécurité, médical : « la révolution des ondes térahertz »

Nextinpact