Qwant fait condamner un «concurrent» pour «dénigrement»

Qwant fait condamner un «concurrent» pour «dénigrement»

Nextinpact Il y'a 2 semaines  Source

Le tribunal de commerce de Paris a condamné le développeur d'un moteur de recherche à « cesser de dénigrer» Qwant, au motifque « la divulgation d'une information de nature à jeter le discrédit sur un concurrent constitue un dénigrement, peu important qu'elle soit exacte, l'exception de vérité n'étant pas admise en [la] matière». Nous avons donc voulu vérifier ce qu'il en était. Retour d'abord sur la génèse du conflit, puis, dans un second temps, sur son «fact-check».

Véritable serpent de mer, la question de la dépendance de Qwant à Microsoft Bing est un boulet qu'il traîne depuis son lancement, en février 2013.

Edward Snowden n'avait pas encore fait son coming out, et la protection de la vie privée n'était donc pas le maître-motdu moteur. Dans son tout premier communiqué de presse, Qwant se présentait en effet comme «un moteur de recherche révolutionnaire comme il n'en a jamais existé», et qui «innove radicalement». De fait, il proposait, sur une seule et même page, les résultats issus du web, des images et vidéos, des actualités, du shopping et «surtout les réseaux sociaux».

Qwant recherche PC INpact

En réponse à un journaliste qui lui demandait pourquoi il avait, jusque là, «gardé le secret sur ce moteur», Jean-Manuel Rozan, co-fondateur de Qwant, expliquait avoir «fait exprès de développer discrètement, pendant deux ans, ce moteur de recherche pour éviter de donner nos bonnes idées à nos concurrents».

Mais trois jours plus tard, un blogueur anonyme révélait que celui qui était alors présenté comme un «Google killer 100 % français», ne faisait jamais, pour ses recherches web et médias, «qu'utiliser et resservir les résultats de Bing : toutes les requêtes renvoient exactement les mêmes résultats que Bing (...) En gros : Qwant paye Bing pour afficher ses résultats».

Son «knowledge graph», lui, ne faisait que «récupérer le résumé de la colonne de droite de Wikipedia et l'intégrer dans sa page», mais sans le préciser, contrairement à ce que prévoyait la licence de Wikipedia. Cet «oubli» fut d'ailleurs rectifié dans la foulée.

En guise de conclusion, le blogueur qualifiait Qwant de «vraie déception » : «ce n'est pas un nouveau moteur de recherche et encore moins un moteur de recherche « made in France ». C'est juste une interface, pas forcément réussie, qui utilise les technologies d'autres moteurs de recherche et qui les présente à sa sauce».

Il se demandait également «pourquoi cela a demandé 2 ans pour créer ce site, sachant qu'il n'y a aucune réelle technologie originale ni innovante derrière ?», tout en déplorant «beaucoup de buzz pour peu de chose et un pauvre travail d'investigation de la part de la presse spécialisée».

Nous vous recommandons

High Tech

La Cour des comptes s'inquiète pour les données des élèves

Nextinpact

High Tech

Le cahier de doléances des salariés de Qwant

Nextinpact