Réforme constitutionnelle : le gouvernement fait un pas vers des « propositions de loi citoyennes »

Comme l'avait promis Emmanuel Macron, le gouvernement s'apprête à « déverrouiller » le référendum d'initiative partagée. À condition d'être soutenus par des parlementaires, les électeurs pourraient ainsi pousser au débat de «propositions de lois citoyennes ». Explications.

Retour à la case départ. La réforme constitutionnelle ayant calé à l'Assemblée nationale suite à l'affaire Benalla, le chef de l'Etat a annoncé le 25 avril dernier que le gouvernement présenterait un nouveau projet de loi constitutionnelle début juillet, notamment afin de prendre en compte certaines revendications issues du «grand débat».

À cette occasion, Emmanuel Macron a déclaré que les règles du référendum d'initiative partagée (issu de la réforme constitutionnelle de 2008) seraient simplifiées.

Bien qu'opérationnel depuis 2015, cet outil institutionnel permet aujourd'hui à des citoyens de soutenir des propositions de loi co-signées par au moins 185 députés et/ou sénateurs. Pour qu'un texte soit ainsi débattu par le Parlement (et non pas forcément adopté), il faut cependant qu'au moins « un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales » le soutiennent sur un site Internet dédié. Ce qui représente tout de même près de 4,7 millions de citoyens...

Le président souhaite ainsi «que l'initiative puisse venir de citoyens ? un million de citoyens qui signeraient une pétition ? et qu'elle puisse prospérer en projet de loi, et, si elle n'était pas examinée par les assemblées, aller au référendum ». La révélation d'un avant-projet de loi par Contexte permet d'en savoir davantage sur la réforme qui se dessine.

Nous vous recommandons

High Tech

#Flock se vide de sa substance

Nextinpact

High Tech

Qwant : en finir avec l'omerta

Nextinpact

High Tech

Le Leagoo S8 disparaît d'Amazon et eBay... mais revient sur Cdiscount

Nextinpact