Sébastien Soriano : on ne m'a « pas demandé d'être gentil avec le cours de bourse d'Orange »

Après l'attaque d'Orange sur les pouvoirs de sanction de l'Arcep et les déclarations fracassantes de Stéphane Richard,c'est au tour de Sébastien Soriano de répondre. Il reste ferme sur ses positions, tout en joutant la carte du dialogue. Nous avons demandé le point de vue d'acteurs des territoiressur cette bataille opposant l'Arcep et Orange.

Orange arécemment déposé unequestion prioritaire de constitutionnalitédevant le Conseil d'Etat visant le pouvoir de sanction de l'Arcep. Ce n'est pas la première fois que le régulateur est ainsi attaqué. En 2013, suite une procédure lancée par Numericable, la Conseil constitutionnel avait déj épinglé ces pouvoirs. Un an plus tard, le gouvernement colmatait la brèche.

L'université d'été du THD, organisée par IdealCo, InfraNum et l'Avicca, était évidemment l'occasion pour Sébastien Soriano de revenir sur ce sujet brûlant, d'autant plusaprès la sortie de Stéphane Richard dans les Echos esquissant un « harcèlement juridique et médiatique » l'égard d'Orange

Interviewé par Etienne Dugas devant un parterre d'élus locaux et d'entrepreneurs, le président de l'Arcep a défendu ses actions, expliquant suivre les directives dictées par les députés et sénateurs lors de ses auditions.Il s'étonne également du manque de communication d'Orange.

Nous vous recommandons