Chili: l'avortement rendu plus difficile et plus dangereux par la pandémie de Covid-19

Chili: l'avortement rendu plus difficile et plus dangereux par la pandémie de Covid-19

Rfi Le 2020-08-06  Source
Au Chili, l'interruption de grossesse n'est autorisée que dans trois cas: viol, danger pour la vie de la mère ou quand le f?tus n'est pas viable. Hors de ces cas de figure, les femmes qui y ont recours risquent jusqu' cinq ans de prison. On compte entre 60000 et 200000avortements clandestins par an au Chili, selon les associations. Mais avec la pandémie de Covid-19 et la fermeture des frontières chiliennes depuis mars, ces avortements sont encore plus dangereux qu'avant.

Nous vous recommandons

International

"Islamisme" en France: échanges houleux entre Erdogan et Macron

Setal

International

Côte d'Ivoire

Enqueteplus