Clip de Booba à Aulnay : les assaillants auraient voulu récupérer les images

Cette version a été avancée par un technicien, entendu par les enquêteurs, et le rappeur lui-même sur les réseaux sociaux.

De premières explications se dessinent, après la violente expédition d'une quinzaine de personnes sur le lieu de tournage d'un clip du rappeur Booba, dans une zone industrielle d'Aulnay-sous-Bois, mardi soir. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête pour « tentative de meurtre en bande organisée ».

Lors des auditions menées par la Sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, chargée de l'enquête, un technicien a expliqué que les assaillants auraient exigé qu'on leur remette les bandes des images tournées. Mais, selon ses déclarations, elles avaient déjà été emmenées par des proches de Booba. L'artiste avait déjà quitté les lieux.
« Des gens sont venus pour saboter le clip »
Dans une vidéo publiée sur son compte Instagram mercredi soir, le « Duc de Boulogne » avance la même version. « L'incident a eu lieu à peu près une trentaine de minutes, ou vingt minutes, après qu'on est parti. Des gens sont venus pour saboter le clip et récupérer les rushes du tournage. Plusieurs personnes qui n'avaient rien à voir ont été frappées. Et voilà quoi », peut-on l'entendre dire, dans le noir complet.

Sur l'identité des assaillants, il lance : « Cela ne nous regarde pas! » Le rappeur, installé à Miami, ne sera pas forcément entendu par la police, étant donné qu'il n'était pas présent au moment des faits.

L'homme blessé par balles toujours hospitalisé
Une quinzaine de personnes auraient surgi mardi soir à bord de cinq voitures, armés de batte de base-ball et d'armes à feu, sur le terrain vague où se déroulait le tournage.

Le réalisateur du clip et un technicien de 28 ans ont été blessés. Un troisième homme de 36 ans, Ibrahim W., surnommé Ibou, a été touché par quatre balles dans les jambes. Opéré mercredi après-midi, il est toujours hospitalisé à l'hôpital Robert-Ballanger d'Aulnay. « On ne sait rien de son rôle sur place ni de ses liens avec le rappeur, confie une source proche du dossier. Lui explique qu'il n'était qu'un simple badaud. »

L'identité des agresseurs reste inconnue
L'identité des agresseurs reste inconnue. Aucun n'a pour l'heure été interpellé. Les images de vidéosurveillance de la zone industrielle sont en cours d'exploitation. S'il est difficile de ne pas penser à la rivalité entre Booba et Kaaris, « aucun élément tangible ne permet d'établir un lien avec le rappeur », met en garde une source proche de l'enquête.

Les deux artistes avaient déjà fait la une de l'actualité il y a un an après une bagarre à Orly, avant de lancer le projet d'un « combat de MMA ».

Nous vous recommandons