Condamné au procès de Bouaké, Patrice Ouei demande à  être entendu par la justice française

Par , publié le .

International

Le 15 avril dernier, la cour d’assises de Paris condamnait un mercenaire biélorusse et deux officiers de l’armée de l’air ivoirienne dans l’affaire du bombardement du camp français de Bouaké en 2004. Bombardement qui avait provoqué la mort de 10 personnes et fait 38 blessés. Jusque-là  introuvable, le colonel Patrice Ouei, l’un des trois condamnés, vient de refaire surface en Côte d’Ivoire. Il rejette sa condamnation et affirme ne pas avoir participé au bombardement. S’il demande à  être entendu par la justice française, il refuse toutefois de se constituer prisonnier.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut