Coronavirus : la tentation des baisses de salaire devrait rester circonscrite

A chaque crise, le sujet resurgit. Mais en réalité, peu d'entreprises devraient cette fois encore avoir recours aux baisses de salaire qui visent régler un problème de compétitivité l où l'enjeu est aujourd'hui surtout dans le carnet de commandes et la trésorerie.

Travailler autant, voire plus, pour gagner moins en échange d'un maintien de l'emploî Le sujet resurgit chaque crise. Au milieu des années 1990, déj ; après la crise de 2008, aussi. Le voici de nouveau sur la table. La ministre du Travail l'a amené en douceur. « Quand une entreprise passe un passage difficile, en général la seule solution c'est le [plan de sauvegarde de l'emploi] », a regretté mardi Muriel Pénicaud sur BFM Business. L'accord de performance collective, introduit en 2017, « permet de dire : « On va discuter le temps de travail, ou les rémunérations, ou l'organisation du travail' » en contrepartie de ne pas licencier. »

A ranger, donc, dans la boîte outils pour faire face la crise économique provoquée par l'épidémie de Covid-19. Tout comme le dispositif de réduction temporaire du temps de travail aidée par l'Etat baptisé désormais « activité réduite pour le maintien de l'emploi ».

Nous vous recommandons