Covid:19: Un vaccin testé en Afrique du Sud
Le premier essai clinique sur le sol africain pour un vaccin contre le Covid-19 a débuté cette semaine. Environ 2 000 personnes vont participer cet essai mené en Afrique du Sud. France 24 a pu en discuter avec un médecin qui supervise l'un des sites où le vaccin candidat sera administré des volontaires.
Une vingtaine de volontaires ont déj reçu une injection. Ils sont les premiers participants du tout premier essai clinique en Afrique pour un vaccin contre le Covid-19.
Le vaccin utilisé durant cet essai est le ChAdOx1 nCoV-19. Mis au point en avril par l'université d'Oxford, il est considéré comme l'un des plus prometteurs parmi la centaine en cours de développement. En dehors de l'Afrique du Sud, des essais cliniques sur ce vaccin sont menés au Royaume-Uni, au Brésil et un autre est prévu aux Etats-Unis.
Un essai de phase 2
Ce test ne vise pas encore évaluer l'efficacité du ChadOx1 nCov-19 contre la maladie. "L'objectif, pour l'instant, est de nous assurer que le vaccin n'est pas dangereux pour les patients [qu'il n'y a pas d'effets secondaires, NDLR] et de mesurer la réponse du système immunitaire", explique Lee Fairlie, médecin pédiatre l'université de Wits qui supervise l'un des sites de l'essai clinique, contactée par France 24. "C'est ce qu'on appelle un essai de phase 2, durant lequel on cherche déterminer quelle est la dose d'un vaccin qui produit la meilleure réponse immunitaire", précise Pierre Saliou, spécialiste des vaccins et président du Groupe d'intervention en santé publique et épidémiologie (GISPE), contacté par France 24.
En tout, environ 2 000 Sud-Africains devraient participer cette étape qui est censée durer environ un an. Mais pour l'instant, "nous avons recruté un premier groupe de 50 volontaires sur notre site qui vont recevoir le vaccin et ensuite il y aura 50 nouveaux arrivants, avant de monter en puissance", précise Lee Fairlie. C'est bien moins qu'au Royaume-Uni où l'essai concerne déj 4 000 personnes et "devrait fournir les premières informations sur la réponse immunitaire dans les semaines venir", ajoute la pédiatre sud-africaine.
Source : France 24

Nous vous recommandons