Deuxième économie mondiale, la Chine reste un pays en développement (Economiste)
De l'envoyé spécial de l'APS, Alioune Diouf
Beijing, 17 sept (APS) - La Chine reste un pays en développement bien qu'étant la deuxième économie mondiale derrière les Etats-Unis, avec de grandes disparités entre les zones urbaines et rurales, ainsi qu'un important taux d'analphabétisme et de multiples défis relever, a relevé mardi le professeur Zheng Xinye, de l'Université chinoise de Renmin (RUC).
?'La Chine est encore un pays en voie de développement'', a dit cet universitaire chinois dans une communication adressée aux journalistes africains, latino-américains et espagnols, au Centre international de l'Université chinoise de la communication (CUC) de Pékin, la capitale.
Au total, 54 journalistes dont 28 sont venus de pays africains prennent part depuis lundi un atelier sur la vision économique chinoise.Les autres participants sont des professionnels des médias venus de 10 pays d'Amérique latine et d'Espagne.
La Chine est préoccupée par le maintien de sa croissance économique au moins 4,5%, pour atteindre son objectif, a relevé le professeur Zheng. Aujourd'hui, cette croissance est autour de 7%. Pour lui, la Chine n'espère pas rattraper les Etats-Unis dans un proche avenir.
Le gouvernement chinois subit une forte pressionpar le fait qu'il doit ?'faire beaucoup de choses la fois''.Il doit affronter les questions environnementales liées la pollution et aux changements climatiques en réduisant ses émissions de gaz effet de serre. Ce qui ne va pas sans sacrifice dans le domaine de la croissance.
Après avoir signé l'accord de Paris sur la réduction des émissions de gaz effets de serre, la Chine paye 1,9 centimes de Yuan de plus pour chaque kilowattheure, pour développer les énergies renouvelables. Cette mesure suscite, ce faisant, le désaccord de nombre d'entreprises chinoises et d'une frange de la population.
Cet engagement qui lui coûte cher n'est toutefois pas reconnu par les Occidentaux, qui estiment que ?'la Chine n'en fait pas assez''. Avec son niveau d'industrialisation, la Chine, devenue ?'l'usine du monde'', doit 30% de ses émissions la manufacture de produits destinés des marchés extérieurs, explique l'économiste Zheng Xinye, auteur de beaucoup d'articles.
Parallèlement, la Chine doit éviter l'inflation excessive et les fluctuations. De même a-t-elle l'obligation d'assurer l'équité dans la redistribution des richesses du pays, pour assurer la stabilité et travailler réduire le chômage, qui est un danger pour sa stabilité.
?'La Chine est encore un pays pauvre'', souligne Zheng Xinye, ajoutant qu' 100 kilomètres de Pékin, la capitale, habitée par une élite, on retrouve des zones de pauvreté, malgré les efforts du gouvernement qui a réglé le problème de l'électricité partout dans le pays.
Avec 300 millions de personnes considérées comme riches, sur une population de 1,4 milliard d'habitants, la Chine doit, selon lui, éviter de tomber dans le ?'piège de la classe moyenne''. Son développement n'est pas homogène.
Le système de sécurité social n'est pas uniformisé, puisqu'il est délégué aux gouvernements locaux, même si le département national de la réforme du développement en assure la coordination, en attendant la mise en place d'un système standardisé d'ici 2030. Quelque 800 milliards de yuans sont consacrés au soutien des pauvres, selon le professeur Zheng.
?'Aujourd'hui encore, des gens m'interpellent sur la véracité du taux de croissance actuel parce qu'ils ne le sentent pas dans leur vie'', dit le professeur Zheng, soulignant le caractère prioritaire de la prospérité partagée pour le gouvernement chinois.
Un autre défi reste la sécurité alimentaire, dans un pays où seuls 24,9% des villes ont accès une alimentation de qualité. Les pertes d'emplois liées au développement des technologies qui remplacent le travail de l'homme constituent aussi une question résoudre.
?'Malgré sa croissance rapide, la Chine est toujours la traîne, derrière les Etats-Unis'', souligne-t-il, invitant ne pas ?'se laisser tromper'' par le fait que le pays était 9,54% de croissance pendant quelques années, alors que d'autres puissances comme les Etats-Unis et certains pays européens étaient aux environs de 1 2%.
Cela s'explique par le fait que ces derniers sont déj des ?'économies matures''.
En termes de revenu par tête d'habitant, des pays comme le Brésil, l'Argentine et la Russie dépassent la Chine qui peine encore atteindre la moyenne mondiale, souligne-t-il.


Nous vous recommandons

International

Soudan: rassemblements pour réclamer l'interdiction de l'ancien parti au pouvoir

Rfi

International

Guinée

Enqueteplus