« J'ai vendu mes terres pour que mon fils puisse voyager l'étranger » : le père de Thomas Partey fait d'émouvantes confessions

« J'ai vendu mes terres pour que mon fils puisse voyager l'étranger » : le père de Thomas Partey fait d'émouvantes confessions

Senegal7 Il y'a 1 semaine  Source

Thomas Partey a connu une ascension fulgurante, loin de son humble existence au Ghana.

L'ancien joueur de l'Atletico Madrid a été un pilier du club grâce ses incroyables performances. Et cela a suffi convaincre les Gunners de débourser 50 millions d'euros pour activer sa clause libératoire.

Partey doit son succès son père qui l'a aidé réaliser son rêve en vendant ses biens pour qu'il puisse poursuivre sa carrière l'étranger.

Né dans la ville de Krobo Odumase en 1993, Partey était l'aîné de huit frères et s'urs. Sa mère travaillait comme petite commerçante, tandis que son père était entraîneur d'une équipe locale au Ghana. Il était tout naturel que Partey joue au football dès son plus jeune âge.

Il a joué dans l'équipe de son père, aux côtés de son frère Frances. Tous deux voyaient dans le football un moyen de s'évader de leurs taudis.

Partey a été surnommé «Sénégal» par son père, car il lui rappelait un ami portant le même nom.

Alors que Thomas continuait développer son talent, il nourrissait le rêve de voyager en Europe. Sachant que leur fils avait du talent, ses parents ont tenté de collecter des fonds pour son voyage en cherchant des sponsors au cas où une opportunité se présenterait.

Cependant, la famille ne parvenait pas réunir les fonds nécessaires et a dû trouver d'autres moyens.

«Il n'a pas été facile pour Partey de quitter le Ghana pour l'Espagne. J'ai dû vendre mes terres et de nombreuses propriétés pour aider mon fils», a-t-il déclaré dans l'émission «Focal Sports».

Les sacrifices de sa famille ont porté fruit, car Thomas Partey est désormais l'un des meilleurs milieux de terrain au monde.

Crédit photo: arsenaltruefans

Senegal7 avec Afrikmag

Nous vous recommandons

International

Guinée

Enqueteplus

International

Professeur décapité en région parisienne: ce que l'on sait de l'attaque terroriste

Leral