La mort d’al-Sahraoui, chef de l’EIGS, ne met pas un terme aux violences au Sahel

Par , publié le .

International

Adnan Abou Walid al-Sahraoui est mort. Le chef de l’Etat islamique dans le Grand Sahara, a été tué lors d’un raid aérien de la force française Barkhane au Nord Est du Mali. Le président français a salué un « nouveau succès majeur dans le combat contre les groupes terroristes au Sahel ». Et pourtant, dans les régions frappées par l’insécurité, l’annonce de la mort du leader terroriste ne suscite pas de grands espoirs comme dans le Tillabéri, au Sud-Ouest du Niger.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)