Namibie: La première dame promet de donner toute sa fortune à la charité

Namibie: La première dame promet de donner toute sa fortune à la charité

Leral Il y'a 2 semaines  Source

Promettant de donner toute sa fortune (estimée à 3 millions de dollars) à des oeuvres de charité à sa mort, Monica Geingos s'est donnée pour mission de changer l'image des premières dames africaines et de lutter contre le sexisme et les inégalités en Namibie, le deuxième pays le plus inégalitaire du monde en matière des droits des hommes et des femmes.

Mme Geingos a épousé Hage Geingob le jour de la Saint-Valentin en 2015, un mois avant qu'il ne prête serment en tant que président de la Namibie

Après leur mariage, le couple a volontairement déclaré leurs avoirs combinés de quelque 110 millions de dollars namibiens (7,44 millions de dollars).

« Je crois fermement que l'héritage est l'un des plus grands facteurs d'inégalité », a déclaré Monica Geingos, avocate et ancienne directrice du premier et plus grand fonds d'investissement privé de Namibie, lors d'une interview à la Fondation Thomson Reuters.

« Si je dis aux enfants pauvres qu'ils auront une vie meilleure s'ils sont bien éduqués, se comportent bien et évitent les comportements autodestructeurs, alors ce message doit sûrement s'appliquer à mes enfants aussi. »

Avec l'élite noire émergente, environ 6% des 2,5 millions d'habitants de la Namibie sont blancs. Ils possèdent la majorité des entreprises et des terres, laissées en héritage par les régimes coloniaux allemand et sud-africain.

Alors que les premières dames sont souvent dépeintes comme des femmes de moeurs légères, des matérialistes ou des ingénieures politiques, Mme Geingos a déclaré que ses homologues sont en réalité des médecins, des économistes et des universitaires « qui ont mené des vies très productives avant de devenir des premières dames. »

Présidente de la fondation One Economy créée en 2016, la première dame namibienne prévoit laisser tout son argent à l'organisme à sa mort.
« De toutes mes réalisations, c'est le titre de première dame que je ne considère pas vraiment, car c'est le seul titre que je n'ai rien fait pour mériter, que j'ai obtenu en vertu du mariage. C'est, pour moi, une forme de privilège non mérité, mais ? cela a changé beaucoup de mes opinions sur les questions socio-économiques dans le pays », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'il lui semblait « schizophrène » d'être témoin à la fois de la richesse et de la pauvreté dans sa vie et son travail.

Les parents de Geingos n'avaient droit qu'à une éducation primaire de base sous le régime de ségrégation raciale de la Namibie, une injustice qui, selon elle, la pousse à tirer le meilleur parti de sa vie.

Son association caritative prête de l'argent aux entrepreneurs, accorde des bourses aux étudiants et soutient les victimes de la violence sexiste. Son conseil d'administration comprend un agent de sécurité et une employée de maison.

Geingos a offert un soutien juridique et psychosocial gratuit aux victimes de harcèlement sexuel l'année dernière, lorsque le mouvement namibien #MeToo est devenu viral sur les médias sociaux, avec des centaines de femmes dénonçant les prédateurs sexuels.

La Namibie s'est classée 12e sur 153 pays étudiés dans le cadre du Global Gender Gap du Forum économique mondial.

Mais selon Mme Geingos, le sexisme reste courant dans le secteur privé et dans les médias namibiens, qui s'empressent de ternir l'image des femmes de premier plan comme Isabel Dos Santos, la femme la plus riche d'Afrique récemment accusée de détournement et de corruption.
« Je ne dis pas qu'elle n'est pas coupable. Mais il y a un manque de cohérence (dans la couverture médiatique) », a déclaré Mme Geingos.

« Vous serez toujours accusés de tout. Mais ce que vous pouvez faire, c'est diffuser l'information et laisser les gens décider eux-mêmes. »

Elle a démenti les rumeurs concernant ses ambitions présidentielles. « Je suis très convaincue qu'il n'est pas nécessaire d'être politicien pour apporter des changements. »

Nous vous recommandons