Nigeria - Une loi pour castrer les violeurs d'enfants adoptée

Les législateurs de l'Etat de Kaduna, au Nigeria, ont approuvé la castration chirurgicale comme sanction pour les personnes reconnues coupables de viol d'enfants de moins de 14 ans.

Le gouverneur de l'Etat, Nasir Ahmad el-Rufai, doit signer le projet de loi pour qu'il devienne une loi dans l'Etat du nord-ouest.

Il a déj soutenu la castration pour empêcher les violeurs de récidiver.

Cette décision fait suite l'indignation publique suscitée par une vague de viols, qui a poussé les gouverneurs des Etats de la nation déclarer l'état d'urgence.

La loi fédérale du Nigeria prévoit une peine allant de 14 ans la de prison vie, mais les législateurs des Etats peuvent fixer des règles différentes pour les condamnations.

La stigmatisation empêche souvent les victimes de signaler les cas de viol au Nigeria et le nombre de poursuites fructueuses reste faible.

Depuis 2015, date laquelle une nouvelle loi a été introduite, environ 40 suspects de viol ont été inculpés, dans un pays de quelque 200 millions d'habitants, selon l'Agence nationale pour l'interdiction de la traite des personnes (Naptip), qui dispose d'une liste des délinquants sexuels sur son site web.

La nouvelle loi a élargi le champ d'application de la pénalisation des délits sexuels au Nigeria et supprimé le délai de deux mois pendant lequel les affaires de viol devaient être jugées avant de ne pouvoir être entendues par un tribunal.

La directrice de l'agence, Julie Okah-Donli, a déclaré la BBC que, la charge de la preuve incombant l'accusation, prouver les cas de viol est "assez fastidieux et technique".
Dissuader les violeurs

La castration chirurgicale des violeurs condamnés est envisagée au Nigeria depuis un certain temps, d'autant plus que le nombre de cas s'est accru lors du récent confinement lié au coronavirus.

L'indignation a été générale en juillet, après le meurtre d'une étudiante de 22 ans qui, selon sa famille, a été brutalement violée et matraquée mort.

C'est l'un des nombreux cas choquants qui, en une semaine, ont donné lieu des manifestations de rue, une pétition en ligne signée par des milliers de personnes et un hashtag Twitter #WeAreTired.

De nombreux Nigérians ont réclamé des lois plus sévères, comme la peine de mort.

"Si le gouverneur de Kaduna signe cette loi, le prochain violeur arrêté Kaduna pourrait être le premier être castré en vertu de cette nouvelle loi", a-t-il déclaré.
Dorothy Njemanze, une ancienne victime, a salué le projet de loi et a déclaré qu'elle aimerait le voir adopté dans d'autres Etats nigérians.

"Rétrospectivement, si toutes les personnes qui m'ont violée avaient subi cette castration chirurgicale, d'autres personnes qu'elles auraient pu violer auraient été épargnées", a-t-elle déclaré.

La castration chirurgicale n'est pas très répandue dans le monde et est considérée comme controversée dans les quelques endroits où elle est encore utilisée.


Elle ne figure pas dans les lignes directrices élaborées par l'Association internationale pour le traitement des délinquants sexuels (IATSO) et ses détracteurs affirment que les effets physiques sont irréversibles et peuvent avoir de graves conséquences physiques et mentales.

Nous vous recommandons