PRESIDENTIELLE EN C"TE D'IVOIRE : Alassane Ouattara, le dernier round

PRESIDENTIELLE EN C"TE D'IVOIRE : Alassane Ouattara, le dernier round

Enqueteplus Le 2020-09-24  Source

Sa décision, en mars, de ne pas se présenter l'élection avait été unanimement saluée. Il assurait vouloir «laisser la place une nouvelle génération». Mais 78 ans, Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire depuis 2010, repart en campagne suite au décès de son dauphin, son «fils», Amadou Gon Coulibaly. Sa candidature cristallise désormais toutes les tensions et elle semble fédérer l'opposition contre elle. Trenteans après le début de sa carrière politique, «ADO» se lance dans son dernier combat.

Ce 6 août 20h, veille de la fête nationale, la place de la mairie d'Abobo, bastion électoral abidjanais du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a des allures de cinéma en plein air. Des dizaines de militants installés sur des chaises en plastique ne perdent pas une miette du traditionnel discours du président Alassane Dramane Ouattara, projeté sur l'écran géant dressé pour l'occasion. Le suspense est son comble. Puis: «Face ce cas de force majeure et par devoir citoyen,j'ai décidé de répondre favorablement l'appel de mes concitoyensme demandant d'être candidat l'élection présidentielle du 31 octobre 2020.»Les spectateurs explosent de joie, tirent des feux d'artifices, soufflent dans leurs trompettes en plastique, les acclamations fusent: «ADO! ADO!»

Le «cas de force majeure» La mort brutale le 8 juillet, moins de 4 mois de l'élection, du Premier ministre et candidat désigné la succession,Amadou Gon Coulibaly. «L'appel des concitoyens» Il s'agit surtout d'un appel de détresse des militants et caciques du parti au pouvoir, égarés depuis la disparition de l'héritier et affolés l'idée de lâcher les commandes du pays en cas de victoire du candidat Henri Konan Bédié, 86 ans, ex-chef de l'Etat et président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), formation politique historique et première force d'opposition. Face au «Sphinx de Daoukro», le natif de Dimbokro se dit prêt, 78 ans, un dernier combat, après trois décennies de lutte acharnée pour le contrôle du pays.

Un technocrate en politique

Le parcours académique et professionnel d'Alassane Ouattara est celui du parfait technocrate: un baccalauréat 20 ans Ouagadougou, capitale de la Haute-Volta rebaptisée plus tard Burkina Faso, et un doctorat en sciences économiques l'université de Pennsylvanie Philadelphie, lui ouvrent les portes du Fonds monétaire international (FMI) Washington, en 1968. Cinq ans plus tard, il intègre la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) en tant que chargé de mission, puis conseiller du gouverneur, directeur des études et enfin vice-gouverneur. Son ascension se poursuit en 1984 au FMI où il revient en tant que directeur du département Afrique, jusqu' sa nomination, quatre ans plus tard, au poste de gouverneur de la BCEAO, la demande de Félix Houphouët-Boigny.

En avril 1990, Alassane Ouattara entre dans les affaires politiques de son pays par la grande porte, lorsque Houphouët lui confie la présidence d'un comité interministériel chargé de l'élaboration et de la mise en application du programme de stabilisation et de relance. «En 1988, le président Houphouët tente de retenir la production de cacao en Côte d'Ivoire[dont le pays est le premier producteur mondial, NDLR]pour en faire monter les prix l'international,résume l'analyste de l'Institut stratégique d'Abidjan Sylvain N'Guessan.C'est un fiasco total. Combinée aux effets du second choc pétrolier, cette crise met le pays en cessation de paiement. Ouattara est choisi pour mettre en place une politique d'austérité.»Les bailleurs de fonds et les créanciers de l'Etat ivoirien voient d'un bon ?il l'intervention de ce technocrate de 48 ans, reconnu par la communauté financière internationale et extérieur aux rouages du système politique du «Vieux» Boigny et des caciques du PDCI. La bonne réputation d'ADO l'étranger pousse Houphouët le nommer Premier ministre, le 7 novembre 1990. Une première depuis l'indépendance, puisque le poste est créé pour l'occasion. Le président ivoirien en profite, alors, pour modifier l'article 11 de la Constitution, afin que le président de l'Assemblée nationale assure l'intérim du chef de l'Etat en cas de vacance du pouvoir. Une fonction assurée l'époque par? Henri Konan Bédié.

Guerre d'héritiers

Dès lors, s'amorce la bataille des «enfants» d'Houphouët. Le «Vieux», âgé, malade, laisse carte blanche son Premier ministre, dont le travail est apprécié par les observateurs de la finance mondiale. Mais les mesures d'austérité imposées accroissent le mécontentement populaire. En 1992, le gouvernement Ouattara tente d'éteindre la contestation en emprisonnantLaurent Gbagbo, fondateur socialiste du Front populaire ivoirien (FPI), parti historique d'opposition légalisé depuis l'instauration - marche forcée- du multipartisme en 1990. En parallèle, la rivalité avec le «Sphinx» se fait de plus en plus sentir. «ADO va tenter d'écarter les hommes de Bédié présents dans l'administration ivoirienne,poursuit Sylvain N'Guessan.Etait-ce pour lutter contre la corruption ou pour stopper les ambitions présidentielles de son adversairé»Le fait est que le PDCI voit en Ouattara un challenger écarter.

Tout bascule la mort de Félix Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993. Président par intérim, Henri Konan Bédié, fait voter un an plus tard un code électoral sur mesure, dont le tristement célèbre concept d'ivoirité stipulant que tout candidat la magistrature suprême doit «être Ivoirien de naissance, né de père et de mère eux-mêmes ivoiriens. Il doit n'avoir jamais renoncé la nationalité ivoirienne [?] et résider de manière continue en Côte d'Ivoire depuis cinq ans». Le ver est dans le fruit. Gbagbo dénonce un texte «liberticide, raciste, xénophobe et dangereux», et forme un Front républicain avec le Rassemblement des républicains (RDR), parti dissident du PDCI.

Taxé d'être de nationalité burkinabè,Alassane Ouattara est écarté de la course la présidentielle de 1995et poursuit sa carrière au FMI. Mais l'ivoirité va donner place aux discours xénophobes et déchirer la cohabitation traditionnelle entre les populations du Nord et le reste du pays. Un an avant la nouvelle élection présidentielle, en juillet 1999, Alassane Ouattara rentre au pays pour se lancer dans la course. Il est désigné président du RDR, dont le fondateur Djeni Kobina est mort 10 mois plus tôt. Le régime Bédié, pas plus que 5 ans auparavant, n'entend pas laisser l'ancien Premier ministre se présenter. Visé par un mandat d'arrêt, ADO s'exile en France, dès le mois de septembre.

À la veille de Noël 1999, Henri Konan Bédié est renversé par un coup d'Etat militaire portant au pouvoir le général Robert Guéï. Ouattara rentre. Or, l'un des acteurs clés du coup de force est le sergent Ibrahim Coulibaly, dit «IB», un de ses anciens gardes du corps. De ce fait, Alassane Ouattara sera toujours suspecté par ses adversaires d'être l'un des architectes de ce coup d'Etat.

Longue marche vers la présidence

Au terme d'une transition houleuse, c'est finalement Laurent Gbagbo qui remporte la présidentielle de 2000 face au «père Noël en treillis», lors d'un scrutin auquel n'ont pu participer ni Bédié, ni Ouattara. Mais le 19 septembre 2002, des militaires tentent un nouveau coup de force. Ils échouent prendre le pouvoir mais occupent le nord du pays, faisant de Bouaké leur capitale et quartier général. Ouattara est une nouvelle fois accusé d'être derrière cette rébellion et quitte le pays. En 2005, les quatre protagonistes de la crise ivoirienne se retrouvent Pretoria, en Afrique du Sud. Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et le secrétaire général des rebelles, Guillaume Soro, concluent un accord sous l'égide du médiateur et président sud-africain Thabo Mbeki. Alassane Ouattara est réintégré dans le jeu politique. En vue de la présidentielle laquelle il est désormais sûr de pouvoir participer, il signe avec son ennemi juré, Henri Konan Bédiéen 2005, une alliancede second tour anti-Gbagbo baptisée «Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP)».

Alassane Ouattara est finalement élu président de la République ivoirienne en 2010. Laurent Gbagbo ne reconnaît pas sa défaite. S'ouvre alors une crise meurtrière de 5 mois, jusqu'en avril 2011, au cours de laquelle au moins 3000 personnes sont tuées, selon un bilan établi par l'ONU. Le «Woody de Mama», comme le surnomment les Ivoiriens, d'abord arrêté et détenu en Côte d'Ivoire, sera finalement envoyé La Haye pour répondre aux accusations de crimes contre l'humanité devant la Cour pénale internationale.

Ouattara président fait de la remise au travail sa priorité. En effet, l'économie est genoux et l'instabilité chronique a fait fuir les entreprises étrangères et les investissements. La Côte d'Ivoire fait peur, mais le partage du pouvoir entre Ouattara, Bédié et Guillaume Soro, chef de la rébellion devenu ces dernières années figure politique incontournable, rassure progressivement. La croissance oscille entre 7% et 8%, faisant de l'économie ivoirienne l'une des plus dynamiques au monde, selon la Banque mondiale. Ouattara est réélu en 2015 dans un fauteuil, grâce notamment au soutien d'Henri Konan Bédié. «ADO a réussi repositionner la Côte d'Ivoire sur le plan international,analyse Pr Bamba Abdoulaye, maître de conférences en relations internationales.On a connu une politique de grands travaux comme l'époque d'Houphouët. Les investisseurs sont revenus en masse et les milliards d'euros pleuvent de nouveau sur le pays. Et contrairement ses prédécesseurs, il a su mater deux mutineries dans les casernes, en 2017, sans que cela ne remette en cause la stabilité du territoire. Le bilan est positif sur le plan économique, beaucoup moins sur le plan social.»C'est effectivement le principal reproche concédé par les observateurs ivoiriens et étrangers. La croissance est l, mais pas la redistribution.

Impunité

Autre grand chantier: la réconciliation nationale. Après des mois de guerre civile, le pays est profondément divisé et les partisans de Laurent Gbagbo se sentent lésés. Sur ce point, le Pr Bamba constate un échec: «J'aurais préféré une implication personnelle du président dans le processus de réconciliation. Mais l'échec n'est pas total, puisque les populations vivent globalement en harmonie. C'est surtout au niveau politique que ça coince.» Pour enterrer la hache de guerre, Alassane Ouattara a rapidement mis en place la Commission dialogue vérité et réconciliation (CDVR), censée apaiser les coeurs une bonne fois pour toutes. Très vite, cette commission devient la cible des défenseurs des droits humains, dont la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) qui, dans son rapport de décembre 2014 intituléCôte d'Ivoire: choisir entre la justice et l'impunité, déplore son «opacité et son manque de méthodologie».

«La première erreur a été de confier la présidence de la CDVR l'ex-Premier ministre Charles Konan Banny, qui poursuivait surtout son propre agenda politique,estime l'historien Moritié Camara.De plus, et malgré les promesses de retransmissions télévisées, les audiences se tenaient huis clos. Donc inaccessibles aux populations ivoiriennes qui ne se sentaient pas impliquées.»L'acquittement en première instance de Laurent Gbagbo, en janvier 2019, est venu renforcer ce sentiment de gâchis et d'impunité, en même temps que le désespoir des victimes. «Désormais, les victimes souhaitent harceler la justice ivoirienne afin qu'elle entame son insurrection contre les auteurs de crimes de masse,martèle Issiaka Diaby, président du Collectif des victimes de Côte d'Ivoire.Nous sommes en train de voir sur quel point appuyer, vu que la CPI ne nous offre pas les résultats escomptés.» Par ailleurs, ni Guillaume Soro, ni les anciens chefs de guerre de la rébellion, qui ont contribué l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara, n'ont été inquiétés, malgré des crimes et exactions dénoncés par les organisations de défense des droits de l'homme entre 2002 et 2011. Au contraire même, les «comzones» accèdent de hautes fonctions militaires et administratives.

La veille de la proclamation de sa candidature la présidentielle de 2020, le chef de l'Etat a décidé l'instauration d'une Journée nationale du pardon et du souvenir qui se tiendra tous les 16 décembre, en mémoire des victimes des violences de ce jour de 2010 devant le siège de la Radio-Télévision ivoirienne (RTI). «Dix ans après, c'est un peu tard,critique le professeur Camara.À trois mois du scrutin, les raisons de la création de cette Journée semblent répondre une logique électoraliste.» L'annonce de cette nouvelle Journée n'a d'ailleurs pas eu le temps de faire débat, car totalement occultée par celle de la candidature de Ouattara, le soir du 6 août.

Candidature contestée

Cinq mois plus tôt, le président de 78 ans prononçait un discours très remarqué devant les parlementaires réunis en congrès Yamoussoukro.Alassane Ouattara y annonçait sa décision de ne pas briguer de nouveau mandatet sa volonté«de transférer le pouvoir une jeune génération». Le 12 mars, le RHDP adoubait son dauphin : le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Mais la crise cardiaque le 8 juillet, en Conseil des ministres, de celui qu'il appelait son «fils» a provoqué un séisme politique en Côte d'Ivoire. Alassane Ouattara, qui a rompu avec son allié Henri Konan Bédié et livre une bataille sans merci Guillaume Soro, estime alors qu'il lui reste peu d'options s'il souhaite que son camp garde les rênes du pays. «J'avais déj commencé préparer ma reconversion en mettant en place la Fondation internationale ADO dont le siège est presque fini mais la mort du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly m'amène reconsidérer ma position»,se justifie-t-il le 6 août. Les caciques du régime et du parti au pouvoir ont la même analyse. Ce sera lui ou la défaite. Lui seul peut gagner au premier tour et éviter un front anti-RHDP fatal au second tour, estiment ses proches.

La Constitution ivoirienne limite deux le nombre de mandats présidentiels. Mais le RHDP estime qu'avec l'adoption de la nouvelle Constitution en 2016, les compteurs sont remis zéro et martèle un élément de langage : prière de parler du «premier mandat de la troisième République».

«Cette candidature s'inscrit dans la logique du jeu ivoirien depuis la mort d'Houphouët en 1993. On écrit la loi en fonction de la tête du client»,s'insurge Moritié Camara, estimant que le respect ou non de la Loi fondamentale importe peu puisqu'elle est systématiquement - dessein- sujette interprétation. «Il est malheureux que la Constitution, qui devrait être le texte sacré des citoyens, soit réduite une loi électorale. Le peuple ivoirien pourrait jouer les arbitres, mais il n'existe pas de société civile réellement indépendante, tant les piliers politiques Ouattara-Bédié-Gbagbo sont déifiés par leurs partisans. ADO aurait pu tourner définitivement cette page en inscrivant une limite d'âge pour tout postulant la fonction suprême. Cela aurait été comme une renaissance pour la Côte d'Ivoire, les querelles de personnes disparaissant avec les personnes.»

La rhétorique du parti au pouvoir,validée par le Conseil constitutionneldans sa décision du 14 septembred'entériner 4 candidatures sur 44, dont celle d'Alassane Ouattara, est rejetée par les partis d'opposition. Depuis le 6 août, d'ailleurs, des manifestations, localisées, agitent la Côte d'Ivoire. Des manifestations parfois violentes au cours desquelles au moins 15 personnes ont trouvé la mort. Cette candidature est au centre du débat politique. L'opposition tente d'organiser la riposte politique. Et mesure que la date fatidique du 31 octobre approche, l'inquiétude des Ivoiriens grandit.

RFI

Nous vous recommandons

International

"Islamisme" en France: échanges houleux entre Erdogan et Macron

Setal

International

Côte d'Ivoire

Enqueteplus