Rose: Alcool et cocaïne, la chanteuse raconte l'enfer qui l'a détruite

Rose: Alcool et cocaïne, la chanteuse raconte l'enfer qui l'a détruite

Leral Il y'a 1 semaine  Source

Cela faisait bien trop longtemps que l'on n'avait pas entendu parler de la chanteuse Rose. Et pour cause. Tombée dans la drogue et l'alcool, la talentueuse interprète de "La Liste" a frôlé le pire.

En un titre, sa vie a basculé. En 2006, la chanteuse Rose dévoile La Liste de ses envies après une rupture, récupère l'ex à qui elle adressait ses mots et devient une superstar de la chanson française.

Mais après avoir enchaîné les premières parties (Alain Souchon, Axelle Red, entre autres), malgré quatre albums studio égrénés au fil des ans et un Globe de Cristal de la meilleure interprète féminine, l'artiste se fait plus rare. Une expérience douloureuse qu'elle dévoile dans un livre (Kerosene, sortie le 3 octobre 2019 aux Editions Ipanema) et de nouveaux titres. "J'ai eu besoin d'écrire pour me souvenir de l'enfer dans lequel j'étais", raconte-t-elle dans les colonnes du magazine Gala.

"Quand on va mieux, on a tendance à oublier le dégoût (de soi) que l'on ressent quand on consomme de l'alcool et des stupéfiants des nuits entières [Gala évoque notamment la prise de cocaïne, NDLR] et que l'on se réveille au côté d'inconnus, détaille Keren Meloul, de son vrai nom. Ne restent que les bons moments, les fêtes et les bonnes chansons que l'on a écrites. Il fallait que ça me marque... au fer rouge. Tout a donc (re)commencé le 11 octobre 2017, lorsque tout s'est mis en place dans ma tête. J'ai arrêté de boire. Au début, je voulais tenir un journal afin de m'aider à mettre derrière moi ces années toxiques."
"Des remords, ils en auraient eu si j'avais été morte".

De son pseudonyme à sa voix et à ses textes, Rose semblait n'être que douceur. Ses épines étaient si bien camouflées que même sa famille ne se doutait de rien. Il aura fallu qu'elle épanche ses maux sur le papier, pour que chacun réalise. "Ils pensaient que j'allais mal et que je faisais une dépression, poursuit la jeune maman. On ne parlait pas de drogue, ils ont tout appris en lisant le livre. Mon frère et ma soeur aussi. Ils ont été finalement soulagés du travail que j'avais accompli pour m'en sortir et parce qu'ils comprenaient enfin l'origine de mon mal-être. Des remords, ils en auraient eu si j'avais été morte." Une mésaventure qu'elle aurait elle-même pu prévoir puisque, comme elle l'indique, elle avait un "côté autodestructeur" depuis l'adolescence. Il est désormais temps de voir la vie en Rose...

Nous vous recommandons