Tensions en Côte d'Ivoire après l'annonce des candidats éligibles la présidentielle

En Côte d'Ivoire, au surlendemain de l'annonce définitive de la liste des candidats éligibles pour l'élection présidentielle d'octobre, des troubles ont secoué plusieurs villes du sud-est du pays.

A une trentaine de kilomètres d'Abidjan, des petits groupes de manifestants ont tenté d'organiser des marches pacifiques pour protester contre un potentiel troisième mandat d'Alassane Ouattara dont lacandidature a été validée par le Conseil constitutionnel.

Dès 4h ce mercredi matin, la route reliant Abidjan Abengourou a été bloquée par des militants avec des troncs d'arbres, rendant la circulation impossible. Selon des témoignages d'habitants sur place, la ville a été quadrillée par les forces de sécurité toute la journée «pour éviter les affrontements et les pillages» entre pro et anti-président sortant.

Des marches ou tentatives de marches similaires se sont déroulées dans d'autres villes de la région. Des personnes font état de troubles Ebilassokro, Dabou et Yabassé-Atrobou, sans que RFI n'ait pu ce stade vérifié l'information de source première. A Akoupé, des témoins ont également confirmé la survenue de marches et transmis des photos et des vidéos de personnes blessées la suite d'affrontements avec la gendarmerie.

Selon un observateur de la société civile sur place, on compte quelques blessés légers, un blessé grave et au moins trois arrestations, la suite de «lancers de lacrymogène, de tirs en l'air et de tabassages par la gendarmerie».

A Bangolo, la tension monte aussi depuis plusieurs jours où l'opposition dénonce des arrestations arbitraires.

Nous vous recommandons