Yahya Jammeh risque d'être arrêté s'il retourne en Gambie (officiel)

L'ancien président gambien Yahya Jammeh sera arrêté s'il tente de retourner dans son pays, a déclaré le ministre gambien de la Justice, Aboubacarr Tambadou.

M. Tambadou, a déclaré qu'il souhaitait poursuivre lui-même M. Jammeh pour sa gestion marquée par de nombreux crimes et exactions.
M. Jammeh a exprimé son désir de rentrer chez lui et ses partisans affirment que son arrestation entraînera un "bain de sang".
L'ancien dirigeant est en exil en Guinée équatoriale depuis qu'il a perdu le pouvoir en 2017.
Il a refusé d'accepter sa défaite aux élections de décembre 2016 et la CEDEAO a envoyé des troupes pour le forcer à partir.
Les propos du ministre de la justice interviennent quelques jours après que les partisans de M. Jammeh ont organisé une grande manifestation pour exiger le retour de leur ancien dirigeant sain et sauf dans le pays.
M. Jammeh a dirigé la Gambie pendant 22 ans et a été accusé de violations des droits de l'homme, notamment d'exécutions extrajudiciaires, de torture et de détention arbitraire.
Le gouvernement gambien, dirigé par le président Adama Barrow, a mis en place une Commission vérité, réconciliation et réparation (TRRC) pour enquêter sur les violations présumées des droits de l'homme et formuler des recommandations.
M. Jammeh a refusé de coopérer avec la commission.
M. Jammeh a-t-il le droit de rentrer chez lui ?
Le ministre de la justice a accusé les partisans de M. Jammeh de "politique de la corde raide" parce qu'ils savaient qu'il ne rentrerait pas chez lui.
"M. Jammeh et ses partisans sont sûrs qu'il ne reviendra pas, même s'il revient, il sera immédiatement arrêté et fera l'objet des accusations les plus graves", a déclaré M. Tambadou à la BBC.
Il a également accusé l'ancien président d'être "mégalomane" et de détruire "tous les tissus de la société gambienne".
"Il nous faudra une génération ou deux pour reconstruire notre pays", a-t-il déclaré.


Yahya Jammeh risque d'être arrêté s'il retourne en Gambie (officiel)
Qui est Yahya Jammeh
Né en mai 1965
Prise de pouvoir lors d'un coup d'Etat en 1994
En 2013, il s'est engagé à rester au pouvoir pendant "un milliard d'années" si Dieu le veut
Il a également ordonné l'exécution de criminels et d'opposants politiques dans le couloir de la mort
Il a affirmé en 2007 qu'il pouvait guérir le SIDA et la stérilité avec des préparations à base de plantes
Prévenu en 2008 que les homosexuels seraient décapités
Il a nié que ses agents de sécurité ont tué le journaliste Deyda Hydara en 2004

Ousman Rambo Jatta, le leader intérimaire du parti de M. Jammeh, l'Alliance pour la réorientation patriotique et la construction, a récemment déclaré à l'émission Focus on Africa de la BBC que M. Jammeh devrait être autorisé à rentrer chez lui sans être poursuivi.
M. Jatta a déclaré que l'ancien président avait le droit de rentrer chez lui.
Après avoir perdu les élections de 2016 face à M. Barrow, M. Jammeh a signé en 2017 un accord négocié par l'ONU, l'organisme régional de la CEDEAO et l'Union africaine, dans lequel il acceptait de renoncer au pouvoir et de s'exiler, mais il pouvait retourner en Gambie quand il le souhaitait.
Cependant, le gouvernement gambien ne reconnaît pas cet accord. M. Jatta a déclaré que l'arrestation de M. Jammeh entraînerait un "bain de sang".
"Personne n'osera l'arrêter", a-t-il ajouté.
BBC

Nous vous recommandons

International

Covid-19 : Le port du masque obligatoire en Côte d'Ivoire

Leral

International

La Birmanie bloque 221 sites internet

Rfi