5 bonnes raisons de découvrir Julie Villers sur La Scène Voici

5 bonnes raisons de découvrir Julie Villers sur La Scène Voici

Voici Le 2020-02-19  Source

Comme votre magazine préféré, La Scène Voici s'invite désormais chaque semaine chez vous. Ce mercredi 19 février 2020, c'est Julie Villers qui vous fera rire. Et croyez-nous, c'est tout sauf une blague. Voici cinq bonnes raisons de la (re)découvrir sur scène.

Signe particulier ? Belge et trash

Née Bruxelles, elle a grandi en pleine époque Marc Dutroux. Elle nous raconte : « Mon père venait me chercher devant l'école catho en camionnette de chantier. Avec mes s...urs, on montait l'arrière, il aurait suffi qu'on pousse un petit cri pour que ça déclenche un joyeux bordel... »

Elle a été prof de français et d'Histoire

« J'ai enseigné pendant un an, devant des élèves en technique vente et mécanique qui n'étaient pas du tout intéressés. Mais le pire c'était mes collègues, tous sous Xanax début septembre... » Dépitée par un système éducatif absurde, elle a pris ses jambes son cou.

C'est Walter qui l'a motivée

Elle revient ses premières amours, le théâtre, s'inscrit au cours Florent. L, elle s'éclate sur les planches et se retrouve jouer avec Walter. Lui, commençait écrire son one et m'a dit. « Spielberg ne va jamais venir toquer ta porte alors bouge-toi et écris- toi des sketchs ! »

Sa mère n'est pas rancunière

Après « Pommée(s) » et « Julie Villers est folle », elle a écrit « Je buterais bien ma mère un dimanche ». Comment l'a pris la principale intéressée ? « Plus que bien ! Elle est même déçue qu'il n'y ait pas plus de vraies anecdotes sur notre famille... »

C'est une wonder woman

Mère célibataire de trois enfants dont des jumeaux de 2 ans et une petite fille de 4 ans, Julie doit jongler entre son métier de comédienne et sa vie de maman. « Heureusement dans mon village j'ai une voisine super... »

Nous vous recommandons