Affaire Quesada : l'ex-maître de midi sort du silence et s'en prend violemment à l'équipe de TPMP

Affaire Quesada : l'ex-maître de midi sort du silence et s'en prend violemment à l'équipe de TPMP

Telestar Il y'a 1 semaine  Source

Condamné en avril dernier à trois ans de prison pour corruption de mineurs et détention d'images pédopornographiques, Christian Quesada sort du silence ! Ce mercredi 16 septembre 2020, Cyril Hanouna a annoncé sur le plateau de Touche pas à mon poste que l'ex-maître de midi avait envoyé une lettre depuis la prison de Bourg-en-Bresse à Guillaume Genton, producteur de deux documentaires sur l'affaire Quesada qui avaient été diffusés sur C8. Dans le cadre d'un droit de réponse, le producteur avait en effet envoyé un courrier rempli de questions à l'ex-star des 12 coups de midi afin qu'il donne sa version des faits. Dans une lettre de deux pages, Christian Quesada s'est alors confié, révélant que les différentes enquêtes n'étaient pas conformes à la réalité des faits, mais a également accusé les chroniqueurs de l'émission qui auraient eu des propos maladroits à son sujet.

Sur le plateau de TPMP, Guillaume Genton a révélé les passages forts de cette lettre. Dans cette dernière, Christian Quesada commence : "Pensez-vous réellement que je vais consacrer du temps à quelqu'un travaillant pour une chaîne où depuis quinze mois vous n'avez de cesse de manier lynchage médiatique, insultes, diffamation pure et simple, et pire, calomnie, à mépris de la plus élémentaire présomption d'innocence ?" Pour sa défense, le producteur a expliqué qu'il n'avait pas pris en compte tous les témoignages, mais que certains ne laissaient pas la place au doute. Celui qui était S.D.F. avant de triompher dans le jeu présenté par Jean-Luc Reichmann a continué : "Je vous rappelle que les faits pour lesquels j'ai été interpellé sont certes graves, condamnables (et donc condamnés) mais cela reste des délits, passibles de la correctionnelle, qui, par un aveuglement haineux (motivé par une course au buzz) se sont transformés en un procès cathodique plus virulent que pour Fourniret, Lelandais ou Abdeslam."

Guillaume Genton, producteur de deux documentaires (...)

Nous vous recommandons