Agust­n Galiana: «C'est ridicule de laisser les salles de spectacle fermées»

INTERVIEW - Avec son nouvel album, Plein Soleil, la vedette de Clem (TF1) convie son public dans un havre de paix coloré et optimiste.

Contrairement Icare, dans la mythologie, Agust­n Galiana peut s'approcher du soleil sans jamais se brûler les ailes. Heureux vainqueur de la huitième saison de «Danse avec les stars», acteur fétiche de TF1, l'artiste espagnol multicasquette revient dans les bacs le 28 août avec un nouvel album, baptisé Plein soleil. Armé de sa voix suave, le chanteur a saupoudré une pincée de modernité sur treize tubes mythiques, comme L'Amour la plage, de Niagara, ou Duel au soleil, d'Etienne Daho. Entretien avec un irréductible extraverti dont l'optimisme ne rencontre aucune limite.


TV MAGAZINE. - Vous proposez un album qui sent bon le gaspacho au moment où les Français s'apprêtent regagner leur bureau obscur. N'est-ce pas moralement cruel'
Agust­n GALIANA. - (Rires.) Non, c'est agréable, car je vais vous emmener la plage alors que vous êtes au boulot! Les chansons sentent l'été, l'Espagne, les vacances et les paillotes. Elles donnent envie de bouger, de nous évader, voire de faire le ménage. (Rires.) Ces titres, que j'ai modernisés, me ressemblent, car mes proches estiment que le soleil se cache en moi. Je vois toujours le verre moitié plein et profite de la vie.

Vous reprenez Tuyo, de Rodrigo Amarante, Le Sud, de Nino Ferrer, ou encore Por que te vas, de Jeanette. Comment avez-vous sélectionné ces chansons qui gravitent autour du soleil ?
J'ai décidé de reprendre des ...uvres qui me donnent la chair de poule. Certaines m'ont aidé apprendre le français, d'autres ont bercé ma jeunesse. Par exemple, La Corrida, de Francis Cabrel, me touche énormément et je pense être le chanteur le plus légitime pour l'interpréter.

Nous vous recommandons