Alexandra Lamy est fan de la reine d'Angleterre, "une figure féminine extrêmement forte"

Alexandra Lamy est fan de la reine d'Angleterre, "une figure féminine extrêmement forte"

Closermag Le 2018-09-14  Source

Elle met le "girl power" à l'honneur. Alexandra Lamy est à l'affiche du Poulain réalisé par Mathieu Sapin, dès le mercredi 19 septembre prochain. Dans ce film, l'actrice de 46 ans incarne Agnès Kararzic, une conseillère en communication politique. A l'occasion de ce rôle de femme puissante, Alexandra Lamy a accordé une interview au Parisien Week-End en kiosques ce vendredi 14 septembre.

Dans les colonnes de l'hebdomadaire, l'héroïne d'Un gars, une fille liste les femmes de pouvoir qu'elle admire tout particulièrement, à commencer par la reine Elizabeth II, âgée de 92 ans et qui règne depuis l'âge de 25 ans : "Je suis fan de la reine d'Angleterre. C'est une figure féminine extrêmement forte. Alors qu'en France, aucune reine n'a jamais réellement gouverné, Elisabeth II dirige son royaume depuis soixante-six ans. Un pays pour lequel elle a sacrifié sa vie personnelle et qu'elle défend corps et âme", déclare la comédienne. Parmi les nombreuses icônes féminines, Alexandra Lamy en retient deux autres : "En France, Simone Veil a mené un combat extraordinaire. Indépendamment de son positionnement politique, je trouve chouette qu'une femme comme Angela Merkel soit à la tête d'un gouvernement", estime-t-elle.

Contre le machisme au cinéma, Alexandra Lamy a dû se battre. Interviewée dans La Dernière Heure en mars dernier, la star française avait révélé qu'à l'époque d'Un gars, une fille, elle gagnait bien moins que son partenaire, Jean Dujardin : "Je ne touchais que le tiers du salaire de Jean (Dujardin), alors que la série était produite par trois femmes et qu'on avait une directrice des programmes. Que des femmes !", avait-elle déploré. Isabelle Camus et Hélène Jacques, les productrices de la série, avaient ensuite démenti ces propos : "Cette affirmation est totalement erronée et nous tenons à rétablir la vérité quant à la différence de traitement de salaire dont celle-ci se dit victime. La première saison ayant été tournée il y a maintenant près de dix-neuf ans, Alexandra Lamy n'a probablement plus la mémoire des cachets qui lui ont été versés", avaient-elles indiqué dans un communiqué relayé par Pure People. Quoi qu'il en soit, Alexandra Lamy regrette que dans le 7ème art comme en politique, les femmes soient sous-représentées : "il y a très peu de femmes dans les hautes sphères de la production ou de la distribution", glisse-t-elle dans Le Parisien.

Nous vous recommandons