Aujourd'hui, 10 août 1895 : Le début d'exil de Cheikh Ahmadou Bamba

Aujourd'hui, 10 août 1895 : Le début d'exil de Cheikh Ahmadou Bamba

Leral Le 2019-08-10  Source

Parce qu'il hante leur sommeil, l'administration coloniale se donnera toute une peine pour freiner l'expansion de l'idéologie de Cheikh Ahmadou Bamba. L'accusant de troubles, sur la base de dénonciations calomnieuses, les colons vont choisir la déportation pour se débarrasser d'un adversaire encombrant. Ainsi le samedi 10 août 1895, Cheikh Ahmadou Bamba est interpelé à Diéwol où il est venu rencontrer le Plénipotentiaire du Gouverneur. C'est le début de son exil.

La fin du 19ème siècle coïncide avec une agression intenable de la religion musulmane par l'administration coloniale au Sénégal. C'est dans ce contexte d'intolérance grandissante que le Commandant Leclerc, alors Administrateur du Cercle de Saint-Louis, va adresser en juillet 1895, une missive à ses supérieures pour se plaindre contre les activités du Cheikh. A la suite de cette correspondance, une convocation sera envoyée au guide de la confrérie Mouride par le Gouverneur Mouttet. Mais empêché, il ne va pas y déférer.
Ne digérant pas que le Cheikh leur envoie son bras droit Mame Thierno Birahim, l'administration coloniale interprète cette délégation comme un défi et un affront. Elle décide ainsi d'agir en conséquence. L'administrateur Leclerc sera alors mandaté d'aller contraindre Cheikh Ahmadou Bamba à répondre à la convocation même s'il doit user de la force. C'est Mbacké Bary qui devrait être le point de chute de la mission de Leclerc mais le Saint homme, mis au parfum de ladite mission, va aller à sa rencontre. Parti le matin du 18 août 1895, il rencontrera le missionnaire du Gouverneur à Diéwol (Djolof) dans l'après-midi du même jour.

Cette date marque le début d'exil de Cheikh Ahmadou Bamba. Arrêté à Diéwol, il sera acheminé à Saint-Louis pour les besoins d'un procès qui sera fixé au 5 septembre 1895. Le Conseil Privé de Saint-Louis décidera que le fondateur du mouridisme devrait être déporté au Gabon pour mettre fin à l'expansion de son idéologie qui devenait inquiétante. Au lieu de rancunes, le 18 Safar (date de l'arrestation au calendrier musulman) est devenu un rendez-vous important dans le calendrier mouride. Les mourides le commémorent pour rendre grâce au Seigneur et Le remercier pour la réussite de la mission de Cheikh Ahmadou Bamba qui reviendra de l'exil plus adulé et plus respecté.

Par Ababacar Gaye
ababacarguaye@yahoo.fr

Nous vous recommandons