Bernard Le Coq: «Je n'ai aucun regret d'avoir arrêté Une famille formidable »

INTERVIEW - Le comédien est médecin légiste dans la rediffusion de Rouge sang, mercredi 24 avril à 21 heures sur France 2.

À l'occasion de la rediffusion du polar de Xavier Durringer Rouge sang, ce soir sur France 2, Bernard Le Coq nous parle de l'après-Famille formidable.

TV MAGAZINE. - Avez-vous des regrets d'avoir mis un terme à Une famille formidable?

Bernard LE COQ. - Ce fut une aventure magnifique et confortable, et je suis responsable de son arrêt. Mais je n'ai aucun regret. J'avais peur qu'on ne tire à la ligne pour écrire la suite, que cette série échappe à son créateur, Joël Santoni. Je voulais qu'elle reste telle quelle, comme un objet particulier.

Avez-vous des nouvelles des autres comédiens'

Bien sûr: ils font du théâtre, de la télé, ils écrivent, préparent des spectacles, ça circule. C'est notre métier de changer sans cesse de personnages, de projets et d'équipes.

Et vous, que devenez-vous'

C'est vrai que le personnage de Jacques Beaumont m'a apporté une forte notoriété et que c'est lui qui fait qu'on m'arrête encore dans la rue. Mais j'ai toujours travaillé à côté et je continue. Je suis actuellement dans le film Qui m'aime me suive!, où j'ai retrouvé Daniel Auteuil, avec qui j'ai joué dans Caché notamment, et Catherine Frot. J'ai tourné aussi pour le grand écran le personnage de Pierre-Paul Riquet, le concepteur du canal du Midi sous Louis XIV. Alexandre Thibault joue auprès de moi l'ingénieur Andréossy.

Et à la télévision'

On me verra prochainement sur France 2 dans Vivre sans eux, une fiction de Jacques Maillot avec Grégory Montel et Esther Garrel, dans La Fin de l'été, sur Arte, réalisé par Hélène Angel, et dans un épisode de Crimes parfaits, avec Isabelle Gélinas, où je joue l'assassin.

On n'a pas de vous l'image d'un méchant...

Nous vous recommandons