"C'est toujours les nanas qui doivent changer de job" : Cécile Duflot pousse un coup de gueule après lamise en retrait de Léa Salamé

"C'est toujours les nanas qui doivent changer de job" : Cécile Duflot pousse un coup de gueule après lamise en retrait de Léa Salamé

Closermag Le 2019-03-15  Source

"J'en ai un peu ras le bol que ce soit toujours les nanas qui doivent changer de job quand leurs mecs en prennent un". Vendredi 15 mars, Raphaël Glucksmann était l'invité du 7/9 de France Inter. Le philosophe et essayiste a confirmé les rumeurs et a annoncé sa candidature aux élections européennes en tant que "tête de liste" du mouvement de gauche Place Publique. Et par soucis de transparence, sa compagne, la journaliste Léa Salamé, a décidé de mettre sa carrière en suspens, comme le révélait Le Parisien. Ainsi, elle ne devrait normalement reprendre l'antenne du 7/9 de France Inter et et L'émission politique qu'après les élections.

Une situation, et un choix, qui ont particulièrement agacé Cécile Duflot. Sur le plateau de Quotidien vendredi 15 mars, l'ex-ministre n'a pas mâché ses mots, se rappelant du cas de Marie Drucker, privée de la présentation des JT de France 2 car son compagnon de l'époque avait été nommé ministre. "En fait on aurait pu dire, "vu que sa femme présente un journal télévisé, il ne peut pas être ministre", c'est toujours les nanas", lance la président d'Oxfam, visiblement très remontée.

"En 2019 on continue de reprocher une femme les opinions politiques de son compagnon"

Mais si elle comprend la situation délicate dans laquelle Léa Salamé est en tant que journaliste et compagne d'un candidat une élection, Cécile Duflot, elle regrette que l'on ne pense pas encore " cette indépendance, cette autonomie de deux personnes qui peuvent vivre ensemble, ou s'aimer", précise-t-elle. Mais l'annonce de cette information n'a pas agacé que Cécile Duflot.

En effet, Audrey Pulvar, ancienne compagne d'Arnaud Montebourg a pour sa part, poussé un coup de gueule sur Twitter : "En 2019, en France, on continue de reprocher une femme les opinions politiques de son compagnon. Nous, pauvres petites choses si influençables, incapables de discernement ?"

Une "mise l'écart" qui est selon elle, "injuste et injustifiée".

Nous vous recommandons