Caïn, Victoria Abril : "C'est mon premier rôle depuis Clem"

Ce guest dans Caïn marque-t-il votre retour à la télévision depuis votre éviction de Clem ?

Victoria Abril : Oui ! En juin on m'a annoncé qu'il n'y aura pas de saison 9 pour Caroline (son personnage dans Clem, ndlr ), et, en même temps, on m'a proposé ce rôle dans Caïn. Les guests, c'est super parce que, comme vous n'êtes là que pour une soirée, votre rôle est optimisé. C'est quand même les séries qui proposent les rôles les plus intéressants ! D'ailleurs je tourne actuellement pour Netflix, Dias de Navidad, l'histoire de quatre s...urs, tout au long de leur vie.

Avez-vous digéré votre départ de Clem ?

Oui. Vous savez, un clou enlève un autre ! Le plus important, c'est de continuer à travailler, d'avoir des rôles à jouer. Tant que je peux créer des personnages qui ne sont pas moi, tout va bien ! Se concentrer sur la création, c'est ça mon kiffe ! J'ai adoré imaginer ce rôle dans Caïn.

Qu'avez-vous appris depuis toutes ces années pour bien vivre ce métier ?

Je connais le mode d'emploi. C'est-à-dire comment on passe d'un rôle écrit dans un scénario, à un personnage en trois dimension : créer sa voix, son phrasé, ses coiffures, son maquillage, ses costumes. Par exemple, je fais tous mes costumes ! La gestation d'un personnage me prend nuit et jour. Je sais aussi comment et quand couper le cordon avec lui.

Cela s'apprend-il difficilement ?

Oui, ça fait mal. Surtout si vous avez été très attachée à lui. Il y a des fois où ils ne veulent pas partir. Quand j'étais jeune, j'avais plus de mal. J'ai appris avec le temps. On ne peut pas les garder car il faut s'occuper des suivants. Un personnage, c'est comme un enfant que vous avez élevé pour mieux le laisser faire son propre chemin dans l'imaginaire.

Et la musique, l'avez-vous mise entre parenthèse ?

Pendant, Clem, j'ai dû arrêter. Mais, là, j'ai une opportunité de faire un spectacle qui mêlerait musique et théâtre. Je n'en dis pas plus, je suis superstitieuse ....

Retrouvez cet article sur Telestar.fr

Julien Baumgartner (Caïn, France 2) : "Je me rends compte à quel point vivre en fauteuil est oppressant"

→ Lire l'article au complet sur Yahoo



Nous vous recommandons