Castle: un acteur de la série accusé de violences physiques sur son enfant

Castle: un acteur de la série accusé de violences physiques sur son enfant

Voici Le 2020-01-17  Source

Acteur belge qui a fait son chemin à Hollywood (Castle, The Informant...), Jean-Pierre Gillain vient d'être mis derrière les barreaux. Son fils de sept ans l'accuse de violences physiques.

8 janvier 2020, Los Angeles. Sans qu'il ne s'y attende, l'acteur Jean-Pierre Gillain se voit interpeler par les forces de l'ordre et conduit derrière les barreaux. Motif de cette arrestation musclée : acte de violences physiques supposées sur le propre fils de l'acteur, aujourd'hui âgé de sept ans. Connu pour sa participation à la série Castleou bien encore à son apparition dans la superproduction The Informant aux côtés de Matt Damon, Jean-Pierre Gillain n'est qu'à moitié étonné de ce qui lui arrive. L'acteur est en conflit avec son ex depuis deux ans. La maman n'est autre que Zoe McLellan, connue pour sa participation aux séries NCIS Nouvelle-Orlean, Suits et Designated Survivor. Après quelques années à vivre le rêve américain au côté de Zoe, Jean-Pierre Gillain perdait de sa superbe aux yeux de sa belle qui finissait par le quitter, réclamant la garde exclusive de leur fils, né il y a sept ans de cela.

Un enfant « manipulé » selon sa tante

Contacté par nos confrères belges de Nord Eclair, Johanna Gillain - la s...ur de l'accusé - déclare tout n'est que machination de la part de Zoe McLellan et son fils. « Elle lui fait apprendre ce qu'il doit dire et il récite par c...ur, déclare-t-elle dans l'édition belge du quotidien. Son attitude est l'opposé des enfants qui ont vécu ce genre de traumatisme. D'habitude, ils sont renfermés et ne veulent pas parler. Lui, il déballe tout sans problème. » Une accusation que la tante enrichie en ajoutant : « Entre deux phrases, [l'enfant] explique que papa battait maman aussi. Il fait vraiment ce que sa mère lui demande. » En attente de sa comparution prévue pour le 24 janvier 2020, Jean-Pierre Gillain a décidé de garder le silence et de faire confiance à la justice américaine qui a déjà eu l'occasion de valider la manipulation de la maman sur son fils de sept ans. Sans pour autant retirer la garde à cette dernière.

Nous vous recommandons